Le Hirak populaire, une référence et un rempart impénétrable à toute tentative d’infiltration

Le ministre de la Communication, Porte- parole du Gouvernement, Ammar Belhimer a affirmé que le Hirak populaire est devenu « une référence » pour les peuples et «un rempart» impénétrable aux tentatives d’infiltration multiples, rappelant que le Gouvernement a élaboré des lois pour «battre en brèche les prétextes et barrer la route» aux actions hostiles des ennemis qui exploitent l’espace cybernétique pour répandre leur venin.

Dans un entretien au quotidien « El Massa », M. Belhimer a souligné que le peuple algérien «a donné au monde entier une leçon de pacifisme et de civisme, à travers le Hirak du 22 février 2019, qui avait atteint le summum de la liberté, de de la maturité et de la conscience pour remettre le processus d’édification nationale sur les rails, barrer la route aux fauteurs de trouble et de discorde et faire tomber les forteresses de la corruption qui ont failli compromettre l’avenir des générations».

Le Hirak populaire dont nous nous apprêtons à célébrer la deuxième année est devenu «une référence pour les peuples et les élites, et un rempart impénétrable aux tentatives d’infiltration multiples sur les réseaux sociaux et les sites d’information douteux érigés en tribunes ».

Le ministre a ajouté que le Gouvernement «a élaboré une série de lois pour battre en brèche les prétextes et barrer la route aux actions hostiles des ennemis qui exploitent l’espace cybernétique pour répandre leur venin», soulignant que les textes de lois relatifs à l’information électronique «nous permettront de lever toute ambiguïté sur l’activité de la presse électronique et de faire la distinction entre les professionnels et les intrus à la profession qui sont à la solde d’agendas malveillants qui ne réussiront jamais à nous faire revenir en arrière.

En réponse à une question sur le rôle attendu des médias nationaux pour faire face aux campagnes ciblant l’Algérie, M. Belhimer s’est dit convaincu que ces médias « qui ne manquent jamais à leur devoir, n’ont pas hésité un instant à  contrer toutes les campagnes, de même qu’ils n’ont pas besoin de tutelle administrative, ni de leçons de patriotisme ».

« Les médias font partie intégrante de la cohésion nationale et la presse nationale fait montre d’un haut niveau de professionnalisme et ce depuis la première semaine du hirak béni mais également lors des occasions nationales et des événements régionaux, notamment la crise sanitaire actuelle », a-t-il  rappelé.

Pour M. Belhimer, « les mines dues aux accumulations du passé ou celles qui viennent d’autres rives ne trouveront dorénavant plus de place parmi nous, grâce aux braves enfants de cette patrie », car le temps de l’achat des consciences « est révolu et l’avenir est tourné vers la clarté et la loyauté envers ce pays ».

Lors de cet entretien, le porte-parole du gouvernement a tenu à préciser que le régime marocain « a recruté des centaines d’agents dans le monde virtuel pour attaquer l’Algérie ». « Nous connaissons bien leurs localisations grâce à la technologie moderne », a-t-il fait observer.

Il est également « évident » que ce régime procède de manière « méthodique et coordonnée », a-t-il rappelé, relevant que le travail des médias nationaux qui « fournissent des informations fiables » est « une source d’agacement pour le régime marocain. Aussi, ces médias influencent de plus en plus l’opinion publique au Maroc, ce que je crois étant la meilleure riposte, d’autant plus que des journalistes marocains connus avaient reconnu la faiblesse de la machine de propagande marocaine face aux médias algériens », a affirmé M. Belhimer.

Evoquant les engagements du Président de la République contenus dans son programme électoral, le ministre a affirmé que les contours de l’Algérie nouvelle «commencent à se dessiner, en changeant de nombreuses pratiques et en se débarrassant de plusieurs méthodes de manipulation des esprits à travers la diffusion de fake-news ou en s’adressant, par procuration, aux citoyens ou par le biais de tribunes médiatiques.

Belhimer a également souligné l’importance des instructions données par M. Tebboune au gouvernement de passer « immédiatement » à la « vitesse supérieure » et de « la nécessité » de donner « le meilleur » au citoyen algérien, considérant que des secteurs « ont accompli leur devoir », alors que certains départements ministériels rencontrent «de grandes difficultés » dans l’accomplissement de leurs missions, d’où l’impératif d’une intervention urgente de l’exécutif pour redresser la barre et remédier aux carences enregistrées».

Le ministre a mis en avant la nécessité de tenir une rencontre avec les walis et les autres responsables pour s’enquérir des réalisations et définir les mesures à prendre pour gagner du temps et améliorer la qualité du service, estimant que ces réunions constituent un « message » aux responsables qu’ils ont la même mission, celle de servir le pays et le citoyen.

Au volet international, le Ministre de la Communication a réitéré les positions « indéfectibles » de l’Algérie vis-à-vis de certaines causes et questions, affirmant que l’Algérie « plaide toujours pour le Maghreb des peuples».

«Les relations entre les peuples algérien et marocain sont fraternelles et solides, c’est pourquoi nous n’imputons pas au peuple marocain la responsabilité des déviations de son régime et de son agression brutale contre le peuple sahraoui », a-t-il déclaré.

Il a également réaffirmé la position « immuable » de l’Algérie vis-à-vis de la question palestinienne qui demeure, poursuit-il, une cause « axiale », exprimée du plus haut sommet de l’Etat, représenté par le Président, M. Abdelmadjid Tebboune, jusqu’aux simples citoyen et écolier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit − 6 =