El-Oued: création d’une pépinière de canne à sucre, 1ère à l’échelle nationale

Une pépinière pour la culture de la canne à sucre, première à l’échelle nationale, a été créée dans la wilaya d’El-Oued, ont annoncé lundi des responsables de la Chambre nationale de l’agriculture.

Ce projet, qu’abrite une exploitation agricole privée, s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par le secteur agricole dans le but de booster l’agriculture saharienne, notamment les cultures stratégiques, a indiqué à l’APS le président de cette instance, Mohamed Yazid Hambli.

Ces initiatives ouvriront de nouvelles perspectives en matière d’investissement agricole pour contribuer au développement de l’économie nationale, a souligné M. Hambli, en marge de sa visite à cette pépinière située dans la commune d’El-Magrane (30 km au nord d’El-Oued).

Le propriétaire de la pépinière, Ahmed Abdelkamel Belkharaz, a fait savoir que le début de la réalisation cette expérience remonte à 2017, s’appuyant sur des connaissances techniques pour cultiver ce type de plantes qui s’adapte aux conditions naturelles (sol, eau et climat) de la région.

Les « bons » résultats réalisés, avec l’appui d’un bureau d’études spécialisé indien en vue d’assurer l’accompagnement technique nécessaire et la formation, « encourage à poursuivre le Challenge », a-t-il estimé.

M. Belkharraz a mis en relief, à cette occasion, l’efficacité de l’expérience de la culture de la canne à sucre en zones sahariennes en Algérie, et son adaptation aux spécificités du sol et de l’eau, précisant que le rendement obtenu à El-Oued, de 60 quintaux à l’hectare, est, selon lui, « le plus élevé à travers les pays du bassin méditerranéen ».

Les superficies consacrées à la culture de la canne à sucre ont connu une expansion dans cette wilaya du Sud-est du pays au titre de l’actuelle saison agricole, en prévision de son intégration comme culture stratégique.

Pour le moment, la canne à sucre est utilisée à El-Oued dans la préparation de jus frais ainsi que comme brise-vent freinant le mouvement des sables, afin de protéger les exploitations agricole notamment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze − 8 =