RAPPORT SUR « LES MEMOIRES DE LA COLONISATION ET DE LA GUERRE D’ALGERIE »: Tout doit commencer avec des excuses Mr Macron

Dans sa définition qui en dit long, la colonisation est un processus de conquête et d’expansion territoriale. Ceci implique et l’histoire l’a prouvé, une exploitation des peuples et territoires conquis, au profit d’un enrichissement de la métropole et de certains colons. Les colons imposent également leur culture et leur religion aux peuples colonisés, la France allant jusqu’à se voir investie d’une « mission civilisatrice ».

Non le passé douloureux n’est pas mort, il est même assez présent et pour cause, le projet colonial a engendré la hiérarchie géopolitique et le racisme systémique qui sont toujours sources de conflits aujourd’hui. La France colonisatrice est impliquée dans des crimes coloniaux, pillages, vols, viols et meurtres. Des excuses ne seraient qu’un engagement envers la vérité.

La présidence de la République française a réagi, ce mercredi 20 janvier 2021, à la remise du fameux rapport sur la question mémorielle entre l’Algérie et la France.

En effet, l’historien Benjamin Stora devait remettre ce mercredi 20 janvier au président français, Emmanuel Macron, son rapport sur « les mémoires de la colonisation et de la guerre d’Algérie », avec des propositions pour concrétiser une véritable réconciliation entre les deux pays, près de 60 ans après la colonisation française en Algérie.

De son coté, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait chargé le directeur des archives nationales, Abdelmadjid Chikhi, de travailler sur la question mémorielle, en collaboration avec Benjamin Stora.

A ce propos, la France envisage des « actes symboliques », mais annonce qu’il n’y aura « ni repentance ni excuses » à la suite de la remise d’un rapport sur la colonisation et la guerre d’Algérie par l’historien Benjamin Stora à Emmanuel Macron, a indiqué ce mercredi 20 janvier l’AFP.

Pour rappel, le président Emmanuel Macron avait confié une mission à l’historien pour favoriser « la réconciliation entre les peuples français et algérien ».

L’historien a formulé en tout 22 recommandations pour parachever une réconciliation entre les deux peuples français et algérien. A titre d’exemple, il recommande de poursuivre les commémorations, notamment des dates symboliques, comme le 19 mars 1992, le 5 juillet, jour de l’indépendance de l’Algérie, mais aussi la date où des Européens ont été enlevés à Oran en juillet 1962, le 17 octobre 1991 pour commémorer le massacre d’Algériens jetés dans la Seine à Paris.

Zitouni Mustapha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze + 2 =