Président de la République: la préservation de la souveraineté nationale repose sur une armée forte et une économie développée

Le président de la République, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, M. Abdelmadjid Tebboune a affirmé que la préservation de la souveraineté nationale repose sur une armée forte et redoutable et sur une économie développée, soulignant que le développement de l’Algérie est tangible et sans équivoque.

Lors de sa visite au siège du ministère de la Défense nationale, mercredi, le président de la République « a prononcé une allocution, diffusée par visioconférence, à l’ensemble des Commandements des Forces, des six Régions militaires, des grandes unités et des Ecoles supérieures à travers le territoire national », dans laquelle il a indiqué que « la préservation de la souveraineté nationale repose sur une armée forte et redoutable et sur une économie développée », soulignant que « l’Armée nationale populaire est forte et se renforcera davantage » pour préserver cette souveraineté.

Disposer d’une armée puissante et redoutée est à même de repousser « les convoitises de certaines parties », a soutenu le président de la République précisant que le développement et le renforcement de l’armée « ne signifie pas la préparer à attaquer ou à contrôler une région quelconque ou les pays voisins, mais pour protéger le territoire national pour lequel les martyrs se sont sacrifiés, et pour assurer l’avenir de la génération actuelle ». Il a rappelé que l’Algérie « depuis son indépendance n’a jamais dévié de la légitimité internationale, ni attaquer un quelconque pays ».

Concernant le développement économique que connaît le pays, le président de la République a affirmé qu’il est « tangible et sans équivoque » et que le rythme de croissance, notamment avec la parachèvement des grands projets, « connaitra à l’horizon 2027 des réalisations majeures à différents niveaux ».

A l’entame de son allocution, M. le président de la République a salué l’ensemble des personnels de l’Armée nationale populaire, soulignant que « l’institution de la Journée nationale de la Mémoire reflète la fierté du peuple algérien de son honorable et glorieuse histoire », une Journée qui constitue une occasion de « rendre hommage aux vaillants martyrs et de suivre leur exemple ».

Il a rappelé, à cette occasion, les grands sacrifices consentis par le peuple algérien face aux crimes odieux et barbares du colonialisme français, et répondu à ceux qui reprochent à l’Etat algérien son attachement à la préservation de la mémoire de la nation, en affirmant qu' »un peuple qui n’a pas de racines et des ancêtres vertueux et combattants, a un avenir incertain ».

Le peuple algérien, a-t-il poursuivi, est « un peuple résistant qui rejette l’occupation et refuse que sa liberté soit atteinte ».

Le président de la République a également répondu à ceux qui doutent des grands sacrifices du peuple algérien pour le recouvrement de sa liberté, en rappelant l’atrocité des crimes commis par le colonisateur le 8 mai 1945.

Il a ajouté que celui qui « ne préserve pas la mémoire des chouhada et la dignité de l’Algérie et qui ne défend pas son indépendance et sa liberté aujourd’hui, n’a ni histoire ni avenir ».

Le président de la République a, par ailleurs, abordé l’endettement extérieur réitérant son rejet de ce dernier étant l’un des facteurs qui « hypothèquent l’indépendance de la décision souveraine de l’Etat ».

L’endettement est « une honte et une trahison envers les martyrs ».

Dans son allocution, le président de la République a réaffirmé « l’engagement immuable et inconditionnel de l’Algérie en faveur des causes justes, à leur tête les causes palestinienne et sahraouie ».

« Il y a, a-t-il dit, un complot que nous n’acceptons pas, qui vise à faire oublier l’existence du peuple palestinien », soulignant la nécessité de l’établissement de l’Etat palestinien.

Concernant la question sahraouie, le Président de la République a mis l’accent sur la nécessité de permettre au peuple sahraoui d’accéder à son droit à l’organisation d’un référendum et à l’autodétermination.

Il a évoqué, dans ce sillage, les drames que subit le peuple sahraoui et les conditions difficiles qu’il vit et qui le poussent à se soulever.

L’Algérie « n’abandonnera pas le peuple sahraoui », a affirmé le Président de la République, appelant l’ONU à « s’acquitter de son rôle en accélérant le travail de la Commission de décolonisation ».

A cette même occasion, le président de la République, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, a salué « les efforts consentis par les différentes unités de l’Armée nationale populaire », ainsi que « l’engagement et l’attachement du Général d’Armée, Chef d’Etat-Major de l’Armée nationale populaire, Saïd Chanegriha à garantir la disponibilité opérationnelle optimale de nos Forces armées à toute éventualité ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf − 16 =