LES TRAVAUX PUBLICS ATTENDENT TOUJOURS LE FEU VERT DE LA TUTELLE: 04 passerelles et 03 trémies en perspective pour Oran

Pas moins de 07 projets d’envergure, visant diverses agglomérations  du Grand pôle urbain d’Oran, attendent toujours le feu vert de la tutelle pour être lancer. Il s’agit d’infrastructures stratégiques pour la wilaya d’Oran, à savoir 04 passerelles et 03 trémies, qui devront impérativement être lancé par la direction  des travaux publics. Ces ouvrages d’art rentrent dans le cadre du plan de désengorgement de points sensibles en matière de circulation et de la voirie, qui permettront de fluidifier le trafic. Des consultations ont déjà été lancées pour ces infrastructures qui vont renforcer et sécurisé le réseau routier à Oran, à travers la réalisation de quatre passerelles au niveau du pôle juridique de Fellaoucen à la cité Djamel Eddine, de la faculté de médecine au quartier USTO, ainsi qu’à hauteur de la cité AADL au niveau du rond point de la pépinière, entre autre. La réalisation de telles passerelles reste, désormais, recommandée sur plusieurs axes routiers de la wilaya d’Oran. Les riverains, souvent des fonctionnaires, des étudiants et même des élèves ont du mal à traverser ces  voies express. La voie express entre la trémie de la cité Djamel et le rond-point des trois cliniques à USTO est devenue très dangereuses pour les piétons. Les voitures qui viennent de la trémie et du rond-point USTO refusent de diminuer leur vitesse. Des accidents ont même eu lieu par le passé sans que des mesures ne soient prises pour remédier à ce danger.

Les riverains et piétons, qui empruntent cette route, veulent la construction d’une passerelle. «Nous sommes obligés de traverser cette route pour nous rendre de l’autre côté pour prendre le tramway», disent-ils. Les riverains et notamment les habitants de la cité «HLM météo» située à proximité de cette route sur laquelle se trouvent le tribunal, le musée El-Moujahid, le siège de Sonatrach Aval et la zone des sièges, vivent avec le cauchemar permanent de se voir faucher par un véhicule en traversant la route. La même situation est vécue par les piétons sur la route reliant le rond-point de Hai Essabah et l’hôpital 1er-Novembre. L’établissement hospitalier de Hai Sabah, plus grand hôpital du continent africain, draine chaque jour des milliers de personnes, entre malades, accompagnateurs, visiteurs ou autres. Une grande majorité des personnes qui s’y rendent interpellent les responsables afin qu’une passerelle soit posée. Dans le cadre de ce plan de désengorgement, la direction des travaux publics a également projette depuis bien longtemps de réalisé plusieurs autres trémies à Oran.  Ces trémies avaient été pourtant inscrites et avalisées par la tutelle pour réalisation depuis des années pour certains d’entre eux. Se sont spécifiquement des projets de trémies, indispensables, pour le bon fonctionnement du trafic routier de la wilaya d’Oran, saturé depuis des années.  Des avis des habitants, comme des usagers de la route à Oran, c’est les retards accusés qui ont aggravé la situation des accès de  principales agglomérations de la wilaya, qui accusait déjà un déficit énorme en matière d’accès et de fluidité du trafic.  Si, ailleurs, on a soldé tous les projets antérieurs et passé à la concrétisation de nouveaux programmes, Oran attend toujours le lancement effectif d’anciens projets inscrits et affectés à la wilaya depuis 2014.  Pas moins de six projets de trémies avalisées par le ministère de tutelle n’ont pas été lancés et sûrement autant si l’on doit tenir compte des priorités en matière d’ouvrages d’arts.  Avec l’avènement des jeux olympiques dont les joutes se tiendront en  2022, cette wilaya avait, pourtant,  des garanties d’engagement financier de la part des hautes autorités du pays qui ont fait des JM 2021 une priorité.

Hadj H

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 + 18 =