L’Algérie parviendra courant 2021 ou en 2022 à équilibrer sa balance des paiements

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a affirmé, dimanche soir, que l’Algérie parviendra, pendant l’année en cours ou au plus tard l’année prochaine, à un équilibre de sa balance des paiements, grâce à la politique de maîtrise des importations et de l’encouragement des exportations hors-hydrocarbures.

Lors de sa rencontre périodique avec les médias nationaux, le Président Tebboune a indiqué que l’Algérie a réussi, en 2020, à réduire les importations de 10 milliards USD par rapport à 2019, en dépit de la pandémie et ce,  » grâce à la production, à la maîtrise de la surfacturation et à l’application d’un contrôle plus sérieux de certains services ».

« Nous avons réalisé tout ça sans créer un déficit ou une pénurie », s’en est-t-il réjoui.

Pendant l’année en cours, M. Tebboune a fait état, à titre d’exemple, d’un travail en cours en vue d’épargner 800 millions USD à 1 milliard USD dans les importations des médicaments, grâce à l’industrie pharmaceutique locale, ainsi que 500 millions USD qui seront épargnés dans les importations du blé qui ne dépasseront pas 400 ou 500 millions USD.

Pour ce qui est du renforcement des exportations hors-hydrocarbures, M. Tebboune a réaffirmé l’attachement de l’Etat à cet objectif, faisant état de la programmation de l’exportation de 400 millions USD de médicaments courant 2021.

« Si nous parvenons à 4 Mds USD d’exportations hors-hydrocarbures, nous en seront heureux, car pendant les 25 dernières années, nous ne dépassions pas 2 mds USD ».

« Et si nous nous lançons dans l’industrie de transformation à l’image du projet de Ghar Djbilet, nous pourront facilement dépasser ce chiffre », a-t-il poursuivi, rappelant l’importance du marché africain dans l’aboutissement de cette démarche.

S’agissant du taux d’avancement du plan de relance économique, le Président Tebboune a affirmé « la relance a commencé dans plusieurs secteurs » dont la filière du montage qui sera reconstruite « sur de nouvelles bases », outre l’agriculture dont la production dépassera 25 mds de dollars ainsi que les secteurs des petites et moyennes entreprises et les start-ups.

L’Algérie a gravé son nom, pour la première fois, à l’échelle continentale et mondiale en matière de start-ups, a-t-il indiqué.

Par ailleurs, le Président de la République a évoqué les perturbations que connaissent certains produits alimentaires de base, tel que l’huile de table, estimant que ces pratiques visaient à « torpiller la stabilité du pays ».

Certes, il y’a une ruée mais aussi une tentative de déstabiliser le pays, a souligné le Président de la République, indiquant « nous avons averti les auteurs de ces tentatives que l’Etat algérien ne cèdera à aucune pression ».

« Personne ne pourra porter atteinte à la stabilité du pays », a-t-il avancé.Ces parties doivent cesser ces basses manœuvres, a-t-il mis en garde, ajoutant « Si non elles paieront chère ». « Nul n’est au-dessus de la loi », a-t-il mis en avant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × quatre =