ECONOMIE DE LA CONNAISSANCE ET DES START-UP: L’Algérie ambitionne d’élargir la cartographie des acteurs de l’innovation

Les textes de loi régissant les startups, les incubateurs et les projets innovants en Algérie seront « enrichis » afin d’élargir la cartographie des acteurs de l’innovation en intégrant notamment les « free-lance » et « Fablabs » (laboratoires d’innovation), a indiqué lundi, un responsable du ministère délégué auprès du Premier ministre chargé de l’Economie de la Connaissance et des start-up.

« L’écosystème d’entreprenariat et d’innovation en Algérie contient des start-up, incubateurs et projets innovants qui sont encadrés et régis par des textes de loi, bénéficiant notamment de mesures fiscales incitatives, contrairement à d’autres composantes de cet écosystème qui ne jouissent d’aucune mesure à l’image des freelance, des Fablab, des grandes entreprises qui font de l’innovation, et des lieux où l’on peut produire des prototypes innovants », a précisé Noureddine Ouadah, en marge d’une conférence de presse consacrée au 1er Salon des technologies de l’information et de la communication « ICT Maghreb » tenue à Alger. Ouadah, qui est directeur des start-up et des structures d’accompagnement auprès du ministère, a fait savoir qu' »une réflexion en vue d’améliorer et enrichir les textes de loi régissant cet aspect est en cours, afin d’y intégrer ces composantes ».

« Nous sommes conscients de l’existence de cet écosystème (freelance et Fablab, entre autres) et sommes en train de réfléchir à trouver les moyens de les encourager davantage », a-t-il dit, ajoutant que « l’idée est d’élargir la cartographie des acteurs de l’innovation et, par la même, être plus inclusif ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 + 6 =