Des cellules d’écoute pour les citoyens et une nouvelle loi de gestion du service public

Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, a appelé dimanche à Alger, les walis de la République à appliquer « rigoureusement » les directives du président de la République portant mise en place de cellules d’écoute dédiées aux préoccupations des citoyens, annonçant l’élaboration d’une nouvelle loi pour la gestion du service public.

Dans son allocution de clôture des travaux de la rencontre Gouvernement-Walis, M. Benabderrahmane a affirmé à l’adresse de ces derniers: « Je vous invite à appliquer rigoureusement les directives du Président de la République portant mise en place de cellules d’écoute dédiées aux préoccupations et aux doléances des citoyens, y répondre et améliorer leur réception ».

Il a souligné la nécessité « d’augmenter les canaux de communication avec les citoyens, en particulier avec l’augmentation de l’impact négatif des réseaux sociaux ».

Le Premier ministre a demandé aux walis de la République de « contribuer à la mise en œuvre de mesures visant à faciliter et à simplifier les procédures administratives, lutter contre la bureaucratie, contribuer à la transition numérique de l’administration au niveau local, et fournir des facilités aux investisseurs et aux porteurs de projets ».

Il les a également exhortés à « réformer les méthodes de gestion du service public au niveau local, à travers une approche économique rationnelle et efficace », en « introduisant de nouveaux modes de gestion et en s’écartant des limites traditionnelles des régions avec une exploitation optimale du service public ».

A cet égard, le Premier ministre a annoncé que le gouvernement « s’est chargé de l’élaboration d’une loi spéciale relative au partenariat entre les secteurs public et privé pour la gestion du service public », soulignant que ce texte juridique, visant à « moderniser » les modes de gestion des services publics », se trouve au niveau du gouvernement qui est en passe de le finaliser pour le soumettre aux deux chambres du Parlement ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × 2 =