DEGLAT NOUR VENDUE A 750 DA: De dattes déstockées sur les étals

Alors que le prix de la Datte a atteint 750 Da dattes, la datte déstocké circule encore sur le marché  et roposé à 450 Da sur les étales. Un grand nombre de commerçants véreux profitent de l’absence des contrôleurs de l’IRF pour gonfler les prix. A quelques jours du mois sacré, des dattes en provenance de l’ancien stock sont proposé sur tous les étales des marchés de proximité. Quelle que soit leur qualité, les dattes sont, d’ores et déjà, évalués entre 450 et 550 da pour le kg, a-t-on constaté dans plusieurs marchés de proximité et de gros à El Kerma. Les consommateurs de la Degla devront verser vers ce fruit avec modération, étant donné la cote atteinte, car beaucoup s’en privent, à cause de le flambé des prix déloyales. Il n’y a aucune régulation des marchés organisée par les pouvoirs publics et le citoyen est abandonné à son sort. Le prix actuel de la datte varie entre 240 et 400 da au marché de gros d’El Kerma, où l’on a consacré pas moins de 20 chambre froide pour stocker ce fruit à l’effet du mois de Ramadhan, pour attendre 380 et 500 da pour le kg, selon la qualité, dans les marchés de détail, pourtant, le pays est classé deuxième producteur et 28e exportateur de dattes à l’échelle mondiale. A l’approche de ce mois sacré, de consommation de la datte par excellence, le prix augmente subitement dans tous les points de vente. Le comble de cette tragédie est le qualité de la datte disponible actuellement sur le marché est moyenne, mais indéxé à des prix inabordables. Notons que les dattes exposées sur le marché relèvent de la récolte des mois d’octobre et novembre 2020. La  récolte de le saison 2021 est encore loin et la datte sera récoltée en fonction de son état de maturité. Actuellement sur le marché, la datte ‘’Deglet nour’’, considérée comme un produit de premier choix, reste le plus cher et de plus en plus rare, ‘’exportation oblige’’. Le premier choix est désormais indisponible sur le marché, même très rare, alors que le second choix dépasse les 250 da en gros, 350 da de détail et plus de 500 da sur le marché, le dernier choix entre 300 et 450 da le kg. Selon les grossistes du Bd Maâta, cette flambée les prix est due à la forte demande, en particulier des marchés de l’extérieur du pays. Notre interlocuteur ajoutera qu’en dépit de sa consommation durant ce mois sacré, mais ce n’est pas le raison essentielle de cette hausse. La vraie raison serait dû à la spéculation opéré par le fait les parasites et les intermédiaires», souligne-t-il. Dans toute cette mascarade, ce sont les pères de familles qui encaissent et se retrouvent prix au piège de ce spectre qui ne cesse de planer à chaque occasion. Face à cette pénible réalité, les ménages tentent de tenir le coup  jusqu’au dernier jour de ce mois sacré.

Hadj H

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 2 =