Zones d’ombre: Tebboune exprime son mécontentement de la gestion de certains dossiers

Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a exprimé dimanche son mécontentement de la gestion de certains dossiers relatifs au développement dans les zones d’ombre et la gestion du secteur bancaire, tout en se félicitant des progrès enregistrés dans des secteurs vitaux tels que l’industrie pharmaceutique et les start-up.

Intervenant lors de la réunion du Conseil des ministres, après un exposé sur le bilan des performances du gouvernement pour l’année écoulée, le Président Tebboune a donné des instructions à l’effet de relancer les  secteurs ayant un impact direct sur la vie quotidienne des citoyens, en passant à la « vitesse supérieure » à l’entame de l’année 2021.

Abordant le secteur de l’Intérieur et des Collectivités locales, le président de la République a insisté sur l’impératif de faire la distinction entre les différents programmes de développement local,  soulignant par la même certaines initiatives positives, tel l’approvisionnement en eau et en gaz par voie de réservoirs dans certaines régions frontalières.

Néanmoins, il a mis en garde contre la poursuite du phénomène d’approvisionnement en eau par les méthodes rudimentaires, une tragédie dont des enfants ont été victimes.

Le président de la République a pointé du doigt également les aspects négatifs enregistrés dans certains secteurs d’activités, soulignant que le bilan des performances ministérielles pour 2020 est plutôt « mitigé » avec du « positif et du négatif ».

Il s’agit notamment du secteur des Finances, pour lequel le président de la République a relevé un « point noir » qui entache ce secteur et qui consiste en le système bancaire qu’il convient de revoir, a-t-il instruit,  par un travail d’inspection au niveau de toutes les banques, notamment en consacrant la transparence dans l’octroi de crédits.

Il a, en outre, ordonné l’accélération de la numérisation du secteur des douanes afin de lutter contre la surfacturation et d’absorber les fonds circulant dans le marché parallèle.

A ce propos, le président de la République a plaidé pour l’accélération du processus de numérisation des différents secteurs sensibles d’importance économique, notamment les impôts, les douanes et les domaines, et ce dans le souci de permettre aux autorités publiques de disposer d’outils nécessaires à la mise en place de ses politiques, à leur mise en œuvre et à leur évaluation.

S’agissant du secteur des Mines, M. Tebboune a souligné la nécessité de poursuivre les efforts en vue de valoriser les ressources minières que recèle notre pays, tout en mettant l’accent sur l’importance d’entamer, dans les plus brefs délais, l’exploitation effective de la mine de fer de Ghar-Djebilet et du gisement de Zinc et de phosphate d’Oued Amizour, ainsi  que la nécessité de parachever les procédures de lancement des grands projets structurels dans ce secteur.

Concernant le secteur de la pêche, il a donné des instructions à l’effet d’accorder toutes les facilitations nécessaires au lancement d’une industrie navale locale, afin de développer, a-t-il insisté, la flotte nationale et rehausser les capacités de production pour l’approvisionnement  du marché.

Dans ce sillage, il a chargé le Gouvernement d’examiner « le lancement de projets de partenariat dans le domaine de la pêche avec les différents  partenaires de pays frères et amis ».

Enquête sur l’affaire de l’importation du blé avarié

L’autre secteur examiné lors de cette réunion du Conseil des ministres, est celui de l’Agriculture et du développement rural.

A cette occasion, le président Tebboune a ordonné l’ouverture d’une enquête sur l’affaire d’importation de blé avarié de Lituanie. Il a chargé aussi le ministre des Finances de procéder à un audit au sein de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC).

Se félicitant par ailleurs du « progrès tangible » dans les secteurs vitaux tels que l’industrie pharmaceutique, les start-up et le soutien à l’emploi de jeunes, le président de la République a rappelé l’importance de la mise en œuvre des objectifs tracés dans le secteur de l’industrie pharmaceutique afin d’augmenter les capacités nationales de production de divers produits pharmaceutiques et réduire les importations à l’entame de l’année 2021.

Le président Tebboune a évoqué, également, la nécessité de poursuivre les préparatifs nécessaires pour lancer, janvier courant, la campagne de vaccination contre la Covid-19, suivant une organisation « sans faille ».

Dans le domaine de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. Tebboune a mis l’accent lors de son intervention sur l’impérative concrétisation de l’indépendance de chaque université et l’orientation vers un partenariat fructueux et un jumelage avec les universités étrangères.

Il a appelé, dans ce sillage, à l’intensification de la coopération entre les universités nationales et leurs homologues étrangères, à travers l’adoption d’une approche permettant d’ériger l’Université en véritable locomotive pour l’économie nationale grâce à l’innovation et la recherche appliquée.

Concernant le secteur de la solidarité nationale, le président Tebboune a appelé le Gouvernement à doubler d’efforts pour le renforcement des différents mécanismes dédiés à la femme au foyer, à même de l’encourager à adhérer au processus de production nationale.

Quant au domaine de la Culture, il a relevé l’impératif de pallier les lacunes enregistrées dans le domaine de l’industrie cinématographique qui n’a toujours pas atteint, a-t-il signalé, le stade de ressource économique, capable de générer des milliers de postes d’emploi permettant de contribuer à la relance de l’économie nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize − 11 =