Présidentielle du 7 septembre: Quatre femmes candidates à la candidature

Suite à la promulgation du décret présidentiel 24-182 du 8 juin 2024, portant convocation du corps électoral, les choses semblent s’accélérer pour la candidature à la présidentielle anticipée du 7 septembre 2024. Dans ce contexte, la femme d’affaires et présidente de la Confédération générale des entreprises algériennes, Saida Naghza, vient d’annoncer sa candidature en tant que candidate indépendante.

Ainsi pour ce scrutin présidentiel et après le secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine (ANR), Belkacem Sahli, celui de l’Alliance: Stabilité et Réforme et celle du candidat du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abdelaali Hassani Cherif ainsi que le premier secrétaire national du Front des forces socialistes (FFS), Youcef Aouchiche, on citera les candidatures de Zoubida Assoul,  présidente de l’UCP (Union pour le changement et le progrès), Louisa Hanoune, secrétaire générale du PT (Parti des travailleurs), et Fatma Zohra Zerouati, présidente du parti Taj (Tadjamou Amel El Djazair qui ne s’est pas encore prononcée et depuis ce 10 juin, la femme d’affaires Saïda Neghza qui officiellement, n’appartient à aucun parti politique.

Si les candidats cités peuvent s’appuyer sur leurs bases militantes respectives, Saida Neghza, devra elle se plier à un exercice assez complexe et difficile, celui de la collecte des 50.000 signatures de citoyens à travers 29 wilaya ou bénéficier de 600 parrainages auprès d’élus dans les différentes assemblées, mais comme elle le précisera lors de sa conférence de presse, Saida Neghza « a pris cette décision après mûres réflexions, en étant pleinement consciente des aspirations du peuple algérien »

Saida Neghza était sous les feux des projecteurs, notamment avec les multiples déboires qu’elle avait eu avec le fameux FCE de Ali Haddad a qui elle avait tenu tête publiquement en déclarant et en dénonçant en cette période, l’ex patron du FCE (Forum des chefs d’entreprise), un syndicat patronal, au service d’un clan qui avait fait main basse sur le pays.

Pour rappel, Selon Mohamed Charfi, président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), un nouveau formulaire a été mis à la  disposition des candidats à la candidature à la présidentielle 2024.

« Il s’agit d’un nouveau formulaire qui rend impossible l’enjeu de marchandage des signatures ». Selon M. Charfi, ce formulaire annonce la fin d’un « réel mercato », pratiqué à la souscription par le passé durant laquelle les gens vendent et achètent des appuis. Et d’expliquer que « les fiches de souscription sont désormais dotées d’un numéro de série propre à chaque candidat qui vient retirer son quota ». Il dit avoir opté pour l’octroi de 70.000 fiches, au lieu de 50.000 exigées par la loi, qui peuvent être utiles en cas de besoin par les prétendants.

Zitouni Mustapha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − 4 =