L’encadrement spécialisé en mathématiques « ne répond pas » aux besoins du secteur

Le ministre de l’Education nationale, Mohamed Ouadjaout a affirmé, dimanche, que l’encadrement spécialisé en mathématiques en Algérie « ne répond pas » aux besoins du secteur, notant un taux » faible » de choix par les élèves des branches Mathématiques et Mathématiques techniques.

Lors d’une réunion avec un groupe de travail consacrée à l’examin de l’état de l’enseignement des Maths et les moyens de les développer, M. Ouadjaout a souligné que malgré le fait que « les Maths se sont vu consacrées, à tous les niveaux d’enseignement, un volume horaire approprié avec un encadrement pédagogique estimé à 25.033 professeurs au cycle d’enseignement moyens (CEM) et à 12.621 professeurs au niveau de l’enseignement secondaire, il existe un manque d’encadrement spécialisé en Maths, qui ne répond plus aux besoins du secteur ».

A ce propos, le ministre a précisé que le taux des diplômés des écoles supérieures des enseignants demeure « faible » est équivaut à 5,52% pour les CEM et 16,25% pour l’enseignement secondaire, ajoutant que les statistiques dont dispose son secteur indiquent « un faible intérêt » chez les élèves dans les branches de Maths et de Maths techniques, où les taux d’élèves inscrits dans ces deux branches étaient respectivement de 2,68% et 10%.

Pour M. Ouadjaout, la lecture analytique de ces statistiques  » fait ressortir l’ampleur des défis à relever pour promouvoir cette matière, désormais une nécessité urgente au regard des évolutions que connaissent les domaines des technologies modernes dans nos sociétés contemporaines « .

Dans ce cadre, le ministre a fait observer que son secteur avait élaboré une stratégie pour promouvoir l’enseignement des Maths et encourager les élèves à choisir leurs branches, notamment à travers la mise en exergue pour les élèves l’importance intellectuelle et méthodologique de cette matière en organisant des concours entre élèves dans les établissements d’enseignement mais aussi l’activation des clubs scientifiques et l’encouragement de la création de clubs de Maths qui doivent offrir un environnement favorable pour la découverte et l’épanouissement des talents.

En vue d’encourager les élèves à choisir les deux branches de Maths et Maths techniques, le ministère de l’Education nationale réfléchit à une reconsidération de la manière d’orienter les élèves vers les ces deux branches, en donnant la priorité dans l’orientation aux bacheliers des deux branches (Maths et Maths technique) dans les spécialités universitaires en coordination avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, ce qui peut élever le choix volontaire des élèves de ces deux branches dans l’enseignement secondaire, a expliqué le ministre.

Le ministère a adopté, en outre, une série de mesures, particulièrement la création du comité national des olympiades au niveau de l’Institut National de recherche en éducation et ce dans toutes les spécialités, notamment les mathématiques « Olympiades des mathématiques » dont le comité a été installé officiellement dans une première étape compte tenu de son importance dans la prise en charge des élites dans le milieu scolaire.

Il s’agit, dans ce sens, de la prise en charge et de l’accompagnement des élèves excellents en mathématique pour les préparer sur les moyen et long termes, en sus de la formation des encadreurs afin de permettre à l’Algérie d’être bien représentée par ces élèves au niveau international.

Il convient de rappeler que le comité national « des olympiades des mathématiques » est composé de 7 professeurs d’enseignement supérieur et 4 inspecteurs relevant du secteur de l’Education national.

Selon le ministre, la stratégie de relance de la matière des mathématiques repose sur la création d’une plateforme électronique appelée « Kafaa Tech », une première pour le secteur dans l’objectif de permettre à toutes les compétences du secteur de participer au développement des différents domaines de créativité en matière d’éducation, dont l’enseignement des mathématiques.

Dans l’objectif de fournir une réponse pédagogique aux élèves surdoués dans les matières et les filières devant être promues, renforcées et développées dans les collèges, les lycées et des classes offrant un cadre propice sur les plans intellectuel et personnel de l’élève, le ministère de l’Education nationale a élaboré le décret exécutif n18-196 du 22 juillet 2018 fixant le statut du lycée spécial et des classes spéciales qui permet à cette catégorie d’élèves dans les collèges de rejoindre le lycée spécial et les classes spéciales en 1e année secondaire.

Le ministre a fait savoir, à cette occasion, que son secteur s’attèle à la création de lycées spécialisés en mathématiques, en sus des lycées déjà existants qui se trouvent à Kouba, et ce, en coordination avec le secteur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique dans l’objectif de créer des pôles d’excellence en conformité avec les écoles supérieurs se trouvant dans les différentes wilayas.

Dans le souci d’améliorer la qualité de la formation et de l’encadrement en matière de mathématiques, le ministre a insisté sur l’impérative poursuite de la coordination avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique afin de trouver les mécanismes permettant d’élargir la formation des professeurs des mathématiques dans Ecoles supérieures des enseignants (ENS) dans le cadre d’un groupe de travail formé à cet effet par les deux département ministériels.

Il s’agit également de l’examen du contenu de la formation dédiée aux diplômés des ENS afin de s’adapter aux évolutions, en accordant un intérêt particulier à l’ouverture de spécialités en informatique au niveau des ENS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − 2 =