LE MANQUE D’EAU POTABLE PERSISTE A DANS PLUSIEURS LOCALITE : Une vulnérabilité supplémentaire face à la COVID-19 à Oran

Sachant que l’eau est indispensable et notamment l’un des principaux gestes barrière pour se protéger de la COVID-19, des millions de personnes n’ont pas accès à l’eau et se retrouvent d’autant plus vulnérables face à l’épidémie, qui n’en épargne pas moins beaucoup de  localité à Oran. En effet, plusieurs agglomérations, et pas des moindres, se retrouvent sans ressources hydrique  dans la wilaya d’Oran.  Tant à l’Est qu’à l’Ouest de la wilaya, depuis le lancement des opérations de maintenance à l’usine de dessalement, les oranais ont renoués avec les colporteurs et les longue  nuits d’attente pour remplir les citernes en eau. Les habitants de la commune côtière de Kristel en pâtissent  depuis plus d’une douzaine de jours, car elle est situé dans zone escarpée, explique la Seor, d’où la difficulté de réalisé des réfections du réseau de  canalisation. Idem pour les communes balnéaires de la corniche Ouest d’Oran. Les robinets sont à sec depuis plusieurs jours, chez les habitants d’Ain Turck, ainsi que ceux de Bousfer, Mers El-Kebir et El Ançor, qui ne savent plus à quel saint se vouer. Aucune goutte d’eau dans les robinets et cela, en pleine saison de canicule. Des coupures d’eau intempestives et pour cause, la mauvaise gestion et l’incompétence, voire encore des contrats grugés de projets de réalisation de zone de production de la ressource hydrique.  Pour leur part les services de la SEOR, informe les citoyens que ces interruptions sont dues aux travaux de maintenance à l’usine de dessalement d’El Mactaâ. Comment se fait-il que cette usine, qui n’a pas encore été officiellement réceptionné, soit en arrêt pour maintenance. Plus encore, qu’en est-il du contrat de 25 ans de prise en charge de la maintenance de HyFlux. Devant cet état de fait relatif aux différentes interruptions de l’alimentation en eau potable, qui perdure depuis le début de l’été, les oranais interpellent  les pouvoirs publics pour prendre des mesures qui s’imposent afin de mettre un terme à cette situation qui ne sera pas sans conséquence sanitaire pour la population en ces temps de grandes canicules.   Ce manque d’eau peut amener à une dégradation de l’hygiène, voire même la destruction qui peut même toucher des communautés entière, qui surchargent actuellement les centres de santé. Les conséquences du manque d’accès à l’eau et aux services essentiels comme l’hygiène ou l’assainissement sont  malheureusement nombreuses. Pour y remédié,  des solutions existent, à condition d’être accompagnées d’investissement judicieux mais surtout de volonté des responsables. Toutefois, cette situation caractérisée par ce manque d’eau crée des carences qui ont des conséquences catastrophiques sur la vie des populations. Néanmoins, la pandémie actuelle démontre à quel point l’accès à l’eau potable et à des installations viables sont des conditions indispensables pour se protéger des virus et éviter les bilans macabres.

H.H

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize − 12 =