Coupe de la CAF : la JS Kabylie perd sa finale face au Raja Casablanca (1-2)

La JS Kabylie s’est inclinée en finale de la Coupe de la Confédération africaine (CAF), battue par la formation marocaine du Raja Casablanca (1-2), ce samedi au stade de l’Amitié Général-Mathieu-Kérékou de Cotonou (Bénin).

Les Canaris devront patienter encore avant d’accrocher une 7e étoile continentale à leur maillot. De retour sur les devants de la scène footballistique africaine, après 20 ans d’absence, la JS Kabylie est tombée sur plus fort qu’elle à l’occasion de ce derby Maghrébin. Un match à suspense, où chaque protagoniste a eu ses moments forts, mais durant lequel la JSK peut nourrir beaucoup de regret, notamment, après son entame de match complètement ratée.

Une première mi-temps à oublier

Pour cette 5e confrontation dans l’histoire des deux formations, les camarades de Benchrifa sont complètement passés à côté de leur sujet durant la première mi-temps, plus précisément pendant le premier quart d’heure, en raison de l’enjeu du match.

Cueillis à froid, les Jaune et Vert ont encaissé le premier des deux buts du Raja à la 5e minute coré par Rahimi. Parti à la limite du hors-jeu, le porteur du numéro 21 n’a eu aucune peine à dribler le portier kabyle, Benbout, et lancer cette partie.

La maladresse de la défense de la JSK lui a couté un second but dix minutes plus tard. À la suite d’une mauvaise relance, les joueurs du Raja ont repris le ballon pour construire une belle action collective conclue par Ben Malango (14‘).

Assommés par ces deux coups de massue, les joueurs de la JSK ont commencé à reprendre leurs esprits progressivement en essayant de revenir timidement dans le match. Toutefois, les attaques des Lions du Djurdjura n’ont pas été assez tranchantes pour espérer sauter le verrou de la défense marocaine.

Le but de l’espoir

La pause citron a fait beaucoup de bien au représentant algérien. En effet, le coach de la JSK, Denis Lavagne, a su trouver les mots justes pour remobiliser ses troupes. Un discours qui a porté ses fruits, car ses poulains ont réussi à marquer dès la reprise. 27 secondes seulement après l’entame de la deuxième mi-temps, Boulahia a fait parler sa technique pour réduire l’écart et ainsi redonner de l’espoir à ses camarades.

À la suite de ce but, la JSK s’est carrément installée dans le camp adverse, enchainant les attaques placées, à la recherche de l’égalisation. Cependant, la réussite a fui les attaquants kabyles.

Le tournant du match aurait pu être l’expulsion du milieu de terrain du Raja, Omar Arjoun, intervenue juste après l’heure de jeu (63’), mais ce ne fut pas le cas. Forts de leur grande expérience, les Rajaouis ont su faire preuve de calme et de solidité pour annihiler toutes les tentatives de la JSK et préserver ce but qui leur permet de remporter cette finale.

À la faveur de ce succès, le Raja remporte son 8e trophée continental, sa 3e Coupe de la CAF, nouvelle formule, et succède à l’autre formation marocaine du RS Berkane, vainqueur de la dernière édition.

Pour sa part, la JSK n’a pas à rougir de sa prestation lors de cette empoignade ni de son parcours quasi sans fautes tout au long de la compétition. Maintenant, les Bensayeh, Oukaci et autres Raiah sont appelés à tourner la page de la Coupe de la CAF, même si cela ne va pas être facile, pour se remobiliser afin de terminer en beauté le championnat national de Ligue 1 sans oublier la finale de la Coupe de la Ligue prévue face au NC Magra.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 1 =