CAN 2022 – Quand l’arbitre siffle la fin du match à la 85ème !

 L’arbitre de Tunisie – Mali a été le grand acteur, siffant à deux reprises la fin du match avant même la 90e minute. D’abord à la 85e puis à la 89e, enterinant de fait la victoire du Mali (1-0). La tentative de reprise du match 20 minutes plus tard a été avortée en l’absence des Tunisiens. Rocambolesque.

C’est à peine croyable ! Ce mercredi, la CAN a connu une partie surréaliste où l’arbitre Janny Sikazwe a été l’acteur principal d’une fin de match rocambolesque. Alors que le Mali menait au score et que la Tunisie poussait pour revenir, l’arbitre zambien a sifflé la fin du match à deux reprises… avant même la fin du temps réglementaire, d’abord à la 85e puis à la 89e. Improbable et complètement fou.
Et encore plus lorsqu’une vingtaine de minutes plus tard, les arbitres et les Aigles sont revenus sur la pelouse, pour trois dernières minutes de jeu prévues. Mais en l’absence des Tunisiens, la rencontre n’a donc pas pu reprendre. Dans l’affaire, les Maliens récupèrent malgré tout les trois points. Ils ont su faire la différence grâce à un penalty inscrit par Ibrahima Koné (48e), alors qu’en face, Wahbi Khazri en a manqué un (77e). Le Mali s’empare donc évidemment de la tête d’un groupe F où sont également présentes la Gambie et la Mauritanie.
Le quatrième arbitre avait pourtant le panneau d’affichage dans les mains, mais il n’a pas eu le temps de s’en servir. L’arbitre central n’a pas attendu que le tableau affiche 90 minutes pour siffler la fin de la rencontre, sous les cris de colère de la Tunisie. Il faut dire que Janny Sikazwe avait, seulement cinq petites minutes plus tôt, déjà sifflé la fin de ce duel, alors que l’on jouait pourtant la 85e minute de jeu.
A ce moment-là, Mondher Kebaier et tout son banc étaient déjà montés au créneau, avant que les choses ne rentrent ensuite assez rapidement dans l’ordre. Les Aigles de Carthage ont vivement protesté, car ils sentaient qu’ils pouvaient, au moins, arracher le point du match nul. Vingt minutes plus tard, le quatrième arbitre a bien tenté de faire reprendre le match pour corriger le tir. Mais en l’absence des Tunisiens, la rencontre n’a pas repris. Une autre scène surréaliste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × deux =