Bientôt une plateforme numérique pour communiquer avec les acteurs de la société civile

Le conseiller auprès du président de la République chargé du mouvement associatif et de la communauté nationale à l’étranger, Nazih Berramdane, a annoncé dimanche à Khenchela le lancement « prochain » d’une plateforme numérique pour communiquer avec les acteurs de la société civile.

Animant à la maison de la culture Ali Souaï une rencontre de concertation avec les associations en prévision de l’élaboration de la stratégie nationale d’encadrement et de réhabilitation des capacités de la société civile, M. Berramdane a indiqué que le projet de cette plateforme « a atteint actuellement ses dernières phases » et sera « prochainement » mis en service au cours de la rencontre nationale qui regroupera les acteurs de la société civile à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

Il a également ajouté que cette plateforme constituera « une carte de la société civile et du mouvement associatif sur le territoire national et à l’étranger, un espace d’échange d’idées et de propositions ainsi que de communication avec les autorités centrales qui pourront de la sorte connaitre l’efficience des associations sur le terrain ».

Relevant le rôle majeur de la société civile, M. Berramdane a insisté sur la moralisation de l’action associative au moyen de la mise en place d’un cahier des charges considérant que « l’on se trouve actuellement au stade quantitative et l’on se dirige vers la phase qualitative pour ensuite atteindre la phase participative qui nécessite davantage d’organisation, d’encadrement, de coordination et de qualification ».

Reconnaissant la présence d’incohérences dans la loi sur les associations la rendant parfois inefficace, M. Berramdane a promis d’œuvrer à l’avenir en faveur « d’une nouvelle loi en adéquation avec la réalité et les ambitions des associations ».

Il a souligné dans ce même contexte que l’intérêt que porte le président de la République Abdelmadjid Tebboune pour les associations constitue « un message à l’adresse du mouvement associatif et une valorisation de son rôle au côté de l’Etat qui a été particulièrement manifeste à travers son implication avec conscience dans les efforts de lutte contre la propagation de l’épidémie du Covid-19 ».

Le conseiller auprès du président de la République a aussi considéré que l’observatoire national de la société civile procédera à une évaluation globale des acteurs de la société civile en vue de présenter des recommandations à la présidence de la République, aux services du Premier ministre et les autres parties en rapport avec les activités de la société civile pour mieux connaitre les associations actives et les collectivités locales activant avec ces associations pour parvenir à une véritable démocratie participative.

Il a aussi affirmé que l’observatoire national de la société civile œuvrera à la programmation de journées de formation au profit des associations activant à l’intérieur et à l’extérieur du pays pour améliorer le niveau de leurs animateurs dans les domaines juridique, financier et communicationnel en vue qu’ils assurent à leur tour la formation des autres associations.

Le conseiller auprès du président de la République chargé de la société civile et de la communauté nationale à l’étranger a écouté les préoccupations des représentants de la société civile et a promis de coordonner avec eux pour lever les obstacles et parvenir à une démocratie participative réelle où le mouvement associatif passe du rôle occasionnel au travail institutionnel professionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 + 4 =