24 février 1971, Le Président Boumediene nationalise les Hydrocarbures

La nationalisation des hydrocarbures, il y a 50 ans, a permis à l`Algérie de reprendre le contrôle de ses ressources naturelles. Mais aussi de récupérer sa manne pétrolière. Tout en ouvrant la voie aux grands chantiers de développement socio-économique du pays.

Une démarche qui avait été annoncée par feu Houari Boumediene. C’était le 24 février 1971 à la Maison du Peuple à Alger, siège de l`Union générale des travailleurs algériens (UGTA). C’est ainsi, que cette décision historique a mis sur les rails le processus de développement économique et social du pays.

La teneur de cette décision : l`acquisition par l`Algérie, après un long processus de négociations entamé en 1967, d`au moins 51% des intérêts des sociétés concessionnaires françaises qui opéraient dans le sud du pays. Où activaient également d`autres grandes multinationales (BP, Esso, Shell, Mobil…).

La décision de nationalisation a été suivie d`une ordonnance signée le 11 avril 1971. Elle promulguait la loi fondamentale sur les hydrocarbures. Cette dernière définissait, ainsi, le cadre dans lequel devrait s`exercer dorénavant, l`activité des sociétés étrangères en matière de recherche et d`exploration des hydrocarbures.

Dès lors, l`Algérie est arrivée à détenir au moins 51% des intérêts des sociétés concessionnaires françaises. A l’instar de : CFPA, Petropar, SNPA, Coparex. Ou encore, Omnirex, Eurafrep et Frabcarep.

Sonatrach entre sur la scène régionale et internationale… 

Le règlement définitif des différends résultant de cette décision est intervenu par la signature d`accords, le 30 juin 1971. Ces derniers portaient sur les nouvelles conditions régissant leurs activités en Algérie. Et ce, entre Sonatrach et CFPA, et le 13 décembre de la même année entre Sonatrach et ELF-ERAP.

En outre, et au-delà de son caractère politique, le recouvrement de la souveraineté nationale sur le secteur des hydrocarbures avait enclenché la montée en puissance sur la scène régionale et même internationale de la Société nationale de transport et de commercialisation des hydrocarbures (Sonatrach). Cette dernière venait tout juste de boucler sa huitième année.

Ainsi, confrontée au défi technique de prendre le relais aux multinationales qui monopolisaient l`exploitation des richesses nationales, Sonatrach a pu relever cet enjeu en l`espace de quelques années. Et ce, avant d`atteindre à la fin des années 1970 un niveau appréciable d`intégration dans les différents segments liés à l`industrie pétrolière et gazière internationale, allant de l`exploration et production à la commercialisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize − 8 =