VENTE PAR CONCOMITANCE ET SPÉCULATION SUR L’HUILE DE TABLE A ORAN : Rétention à outrance de stock inhérente au mois de Ramadhan

Force est de constater que les ménages rencontrent des difficultés depuis quelques jours à s’approvisionner en huile de table. Pour cause. Depuis quelques jours, point de trace de ce produit dans les commerces de détail. Or, du côté des producteurs on affirme que leurs lignes de production tournent à plein régime. Les consommateurs n’arrivent pas à comprendre comment on est en arrivé là. Une inquiétude qui leur taraude l’esprit à l’approche du mois de Ramadhan car si la pénurie persiste le besoin de s’approvisionner va se poser avec acuité et sur tout le territoire de la wilaya. De cet état des lieux une question s’impose : pourquoi alors cette pénurie. Pour y répondre, nous nous somme dirigé vers des commerces d’alimentation générale, où l’on nous confiera qu’une certaine clientèle, sur le point de prendre le départ en bateau vers l’Espagne, s’approvisionnent en quantité plus qu’ordinaire pour le faire parvenir à leur proche ou le marchander sur l’autre rive.  Les consommateurs sont se sont retrouver contraint d’acheter ce produit de première nécessité par la voie de la vente par concomitance. Pour l’heure, le consommateur pointe du doigt son détaillant du coin qui semble en partie responsable de la pénurie. A ce propos, ils sont nombreux à dire que les détaillants, pas tous, font dans la spéculation depuis que l’offre de la production a connu une légère régression par rapport à la demande du marché à la consommation d’huile de table. Les commerçants affirment que cette forme de concomitance commence à partir des commerces de gros. «Nous ne trouvons plus nous-mêmes à nous approvisionner chez nos grossistes habituels. Les rares fois c’est par petite quantité mais à condition de prendre d’autres denrées. En clair, la concomitance est devenue presque la règle chez de nombreux grossistes de la wilaya», se rejoignent à nous rapporter des détaillants de commerce. Le plus ahurissant c’est l’effet avalanche qu’a provoqué cette crise. Pour être plus explicite, il dira que «les producteurs ont haussé leur prix sur toute gamme et contenance de leurs huiles de table alors qu’il est demandé aux grossistes de rester dans les mêmes prix qu’auparavant car plafonnés auparavant par les pouvoirs publics». En claire, La rétention à outrance de stock important s’est traduite sur le terrain par une crise. Selon les même petit et détaillants interrogés, les grossistes gèlent la vente d’huile de table, pour stocker le produit, qui fait l’objet d’une forte demande. En clair, de nombreux grossistes ont décidé de faire abstraction de vendre de l’huile de table sous prétexte que leur marge bénéficiaire est devenue des plus minimes, voire même à perte.» Au sujet de la vente concomitante à laquelle s’adonnent des grossistes, notre vis-à-vis a reconnu qu’une telle pratique a été mise en évidence mais leurs auteurs «se comptent sur les doigts d’une seule main», a-t-il déploré. Notre locuteur a par ailleurs admis qu’à la suite de la hausse des prix des producteurs, «les spéculateurs sont entrés en scène». Autrement dit, ils ont provoqué cette pénurie en procédant à de vieux réflexes, celui du stockage démesuré dès que la rumeur d’une offre de production moindre s’est propagée. Voyant aussi que le mois de Ramadhan se rapproche, c’est l’occasion inespérée pour eux de se faire de l’argent facile». En somme, cette rétention à outrance de stock important d’huiles de table s’est traduite sur le terrain par une vive tension sur cette denrée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × 3 =