UNE MOYENNE D’UN MILLIER DE « HARRAGAS » ARRIVE PAR SEMAINE EN ESPAGNE: Un juteux fléau national sur fond de corruption

Le phénomène n’est pas nouveau, il dure depuis plus d’une vingtaine d’année avec ce mode de transport qui est communément appelé « Botté » c’est à dire embarcation légère, qui a au fil du temps été modernisée avec des semi rigide très rapide appelé « VIP » ou « Tropico ». Actuellement la traversée avec une demande grandissante, coute entre 750.000 et 900.000 dinars, comprises les 50 euros destinés aux espagnols qui interceptent à leur arrivée, les harragas algériens.

Les traversées de migrants clandestins algériens à bord d’embarcations légères en direction des côtes sud de l’Espagne se poursuivent et prennent de plus en plus de l’ampleur, les candidats sont des jeunes hommes et des jeunes femmes et des couples avec enfants.

Les côtes ouest de l’Algérie sont devenues les principaux  points de départ des harragas algériens qui tentent d’atteindre les côtes espagnoles. A Oran, ils viennent de toutes les régions du pays, de la capitale aux communes les plus petites avec pour point de ralliement la daira côtière d’Ain El Turck. Le fait a été tellement banalisé, qu’il est relégué dans la rubrique des faits divers des journaux et médias algériens. Des rencontres autour du phénomène ont bien été organisées, malheureusement, elles n’ont abouti à aucun résultat. Le point le plus important qui n’a jamais été mentionné officiellement, « La Corruption » et pourtant.

Durant la semaine du 27 septembre au 3 octobre courant, des centaines de migrants algériens ont pu rejoindre l’Espagne en traversant la mer Méditerranée à bord d’embarcations légères, selon le journaliste espagnol, Ignacio Cembrero.

« Près de 1900 migrants irréguliers sont arrivés par la mer en Espagne dans la semaine du 27/09 au 3/10″, a indiqué sur Twitter Ignacio Cembrero, en précisant que 72% étaient de l’Algérie, soit 1368 personnes, 21% du Maroc et 7% d’autres nationalités. « Jamais la proportion d’Algériens n’avait été si élevée. Jusqu’à septembre, l’immigration a augmenté de 51% », a commenté le journaliste espagnol.

Près de 1900 migrants irréguliers sont arrivés par la mer en #Espagne dans la semaine du 27/09 au 3/10. 72% étaient de l’#Algérie, 21% du #Maroc et 7% d’autres nationalités. Jamais la proportion d’Algériens n’avait été si élevée. Jusqu’à septembre, l’immigration a augmenté de 51%

L’activiste Francisco Jose Clemente Martin, du Centre international d’identification les migrants disparus (CIPIMD), signale quotidiennement les embarcations et le nombre de migrants qui atteignent l’Espagne. Il signale également les embarcations portées disparues en haute mer.

Durant l’été passé, l’activiste espagnole a signalé l’arrivée de milliers de migrants clandestins algériens en Espagne. En juillet dernier, il a recensé plus 2200 harragas algériens qui ont pu atteindre les côtes espagnoles. En septembre écoulé, Francisco Jose Clemente Martin également signalé l’arrivée massive de harragas algériens. Le 4 septembre, près de 200 migrants algériens ont été interceptés par les gardes côtes espagnols. Le 20 septembre, plus de 1000 harragas ont été interceptés par les mêmes gardes côtes.

Parmi les migrants; des hommes, des femmes et enfants. Les images d’une femme enceinte avec ses cinq enfants ainsi qu’un handicapé en fauteuil roulant, interceptés en Espagne, ont fait le tour des réseaux sociaux. Ces personnes qui risquent leurs vies pour rejoindre les côtes espagnoles depuis les côtes ouest de l’Algérie, paient des sommes colossales pouvant atteindre jusqu’à 900 000 dinars (4500 euros).

Malheureusement, parmi les personnes qui tentent la traversée, il y a celles qui périssent en mer. Le dernier drame en date est survenu fin septembre avec le naufrage de quatre embarcations en haute mer, causant la mort de près d’une cinquantaine de harragas algériens.

Zitouni Mustapha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 − 11 =