UNE COMMISSION DE WILAYA A PIED D’ŒUVRE: Bientôt le classement des monuments historiques d’Oran

La direction de la culture d’Oran s’attelle à l’activation de la commission de wilaya pour un classement local des monuments historiques, que recèle la capitale de l’ouest du pays, dans le but de les valoriser, a-t-on appris vendredi de cette direction. La direction de la culture d’Oran entend activer la commission de wilaya de classement local des monuments historiques, un riche patrimoine, notamment pour intégrer ces monuments historiques et vestiges, dont la Casbah de la ville d’Oran et l’ancienne mosquée Abdellah-Essalem, sise au boulevard Maata Mohamed El Habib, au centre-ville, dans la liste additive des sites et monuments historiques, a indiqué la directrice locale de la culture et des arts, Bouchra Salhi. Pour rappel, la Casbah d’Oran, monument chargé d’histoire situé dans l’ancien quartier Sidi El Houari, a connu vendredi une vaste campagne de nettoiement avec la participation de la société civile, des associations activant dans le domaine de la préservation du patrimoine et des citoyens, avec le soutien de la direction de la culture et des arts ainsi que l’antenne d’Oran de l’Office national de gestion et d’exploitation des biens culturels. Ont pris part à cette initiative, organisée sous le slogan «La Casbah nous réunit», nombre d’associations actives dans le patrimoine et la société civile de la ville d’Oran, a indiqué à l’APS Mme Bouchra Salhi, expliquant que cette opération de volontariat vise à valoriser à nouveau cette citadelle. Elle s’inscrit également dans le cadre du programme «Djoumouaât Ethourrat» (vendredi du patrimoine), visant à organiser des campagnes de nettoiement des sites historiques, une fois toutes les deux semaines, sachant que ce programme est le deuxième du genre après celui organisé en 2014 par le secteur de la culture et l’Office sus-indiqué, a-t-elle dit. Cette action de volontariat, qui a vu la participation du bureau du tourisme d’Oran, vise à valoriser cette forteresse qui se trouve dans un «piteux» état lié à la présence des habitations anarchiques démolies après le relogement de ses résidents, selon les explications fournies par le commissaire de la fondation Nass El Kheir, organisatrice de cette initiative de sensibilisation sur l’intérêt de préserver ces vestiges avec le concours du groupe de fans du patrimoine «Arsam Wahran», et du réseau de l’environnement et de la citoyenneté. Les amateurs du patrimoine d’Oran et les associations qui activent dans le domaine culturel et touristique espèrent que cette «casbah», une forteresse témoin d’un riche passé, puisse être classée en tant que patrimoine national, de même que sa restauration pour devenir une destination touristique et culturelle de choix, tant il est vrai qu’elle recèle de nombreux trésors à caractère historique et patrimonial, a ajouté M. Benzine Kada. La «Casbah d’Oran», édifiée en l’an 902 par les commerçants andalous, est considérée comme l’un des plus anciens vestiges de la ville d’Oran. Plusieurs familles qui y vivaient ont bénéficié, dans le cadre d’un programme de relogement, de nouveaux logements décents à Oran en 2006, a affirmé le chef de service des activités culturelles de la direction de la culture et des arts. La Casbah de la ville d’Oran, qui s’étale sur une superficie de 5,5 hectares, dénombre quelque 28 sites et monuments historiques remontant à diverses époques historiques et civilisationnelles qu’a connues Oran, lesquels sont en majorité classés au patrimoine national, à l’instar de Bab Tlemcen ainsi que des fortifications, en plus de l’existence du premier tribunal, autre lieu de mémoire édifié par Bey Bouchelagham, a ajouté Nouri Mékhaïssi.

Hadj H

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize + deux =