TROIS HARRAGA PORTES DISPARUS SUITE A UN NAUFRAGE DEPUIS JEUDI SOIR: Ils avaient pris la mer à partir du Quai des Dunes

Trois  harraga sont portés disparus, depuis la nuit d’avant-hier, au large du complexe des Andalouses, après le chavirement de leur embarcation, entre ile Plane et les iles Habibas,  apprend-on du collective de pêcheurs et plaisanciers  mobilisés pour l’opération de secours. Quatre autres ont été, fort heureusement, secourus par un bateau de pêcheurs de Cap Blanc, qui naviguait à proximité des lieux de ce tragique naufrage. Aucune nouvelle depuis qu’ils ont quitté le Quai des Dunes, ont déclarés les rescapés qui avaient donnés l’alerte après  avoir été repêchés. L’embarcation des malheureux candidats à l’émigration clandestine a du percuté dans l’obscurité de la nuit un récif, qui accentué la fissure de leur embarcations, qui a du prendre de l’eau. Depuis, une campagne de recherches  a été organisés par l’association ‘’Cap Environnement’’ qui a mobilisée 05 embarcations de pêcheurs, pour poursuivre les recherches au large, en suivant les courants et les tirants, non loin du récif.   Des recherches sont en cours pour tenter de retrouver les trois harraga portés disparus, âgés entre 22 et 36 ans, sont portés disparus malgré les multiples tentatives de leurs familles et l’association ‘’Cap Environnement’’ pour les retrouver. Face à ce drame, l’association ‘’Cap Environnement’’ lance un appel à tous les plaisanciers, pêcheurs et pour, éventuellement, tous candidats à l’émigration clandestine de se prémunir d’un hilet de sauvetage de type ‘’Tête Haute’’, à même de les protéger contre l’hypothermie et la noyade. Ces harraga ont pris la mer à bord d’une embarcation, équipée d’un moteur Yamaha de 80 chevaux vers la ville côtière espagnole Almeria. Avec un passeur à bord de l’embarcation, les clandestins se sont lancés dans une aventure à haut risque, larguant leur amarre exactement à 21 H 45, le jeudi 11 novembre dernier du quai des Dunes, une station balnéaire de la baie d’Aïn El Turck.  Mais après deux heures de mer, la météo s’est gâtée et les choses se sont compliquées pour les sept (07) aventuriers, car un vaste brouillard s’est installé sur la mer selon les rescapés. La barque a pris trop d’eau, l’a faisant chavirer à proximité des Iles Habibas.

Hadj H  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 + seize =