TRAFIC ROUTIER A ORAN: La congestion dans plusieurs axes routiers

Décidément, Oran n’arrive toujours pas à résoudre le problème de la circulation automobile et des embouteillages qui empoisonne le quotidien de ses habitants.  Le parc automobile de la wilaya d’Oran s’est très sensiblement agrandi alors que le réseau routier urbain a peu évolué. Les autorités locales ont conçu des routes de contournement, imaginé des voies de dégagement, élargi des rues étroites, réalisé des trémies mais tous ces efforts ne sont pas parvenus à absorber la densité de la circulation automobile ni à désengorger la ville d’Oran, dont les points noirs se multipliaient progressivement. L’ultime solution pour y remédié pour la wilaya d’Oran serait de concrétiser les projets de trémies précédemment planifié. Notons que la wilaya a bénéficié d’une autorisation de programme, en recevant les garanties d’engagements financiers, pour la réalisation de trois (03) trémies à Oran.  Ainsi, les ministères des transports et des travaux publics ont avalisé un nombre de projets structurants dont les fiches techniques ont été établies et transmises aux autorités compétentes. Il s’agit, en priorité, de trois nouvelles trémies qui devront être réalisées au niveau des points noirs de la ville qui connaissent une forte pression de la circulation. A l’instar de celle qui serait impérative au rond point d’El Bahia, le deuxième est prévu sur l’axe d’El Morchid, reliant Oran à Bir El Djir, et une troisième  au rond- point de la Pépinière, reliant Oran à Arzew. Pour se faire il faudrait dégager pas moins de 600 milliards de centimes. Notons que la situation actuelle du plan de circulation et de transport est de plus en plus complexe à Oran, nécessitant un total de six trémies pour fluidifier la voirie, sachant que la tutelle a bel depuis fort longtemps avalisés, sans que ces projets soient lancés. Rappelons que  l’élaboration d’un nouveau plan de circulation et de transport pour la wilaya est retardée depuis plusieurs années. Pour sa part, la commission des transports de l’APW avait recommandé une réorganisation du secteur estimant que la configuration actuelle est obsolète et ne répond plus aux besoins de la wilaya, eu égard aux nouvelles agglomérations nées suite au programme de résorption du vieux bâti et du relogement des habitants de bidonvilles. Mais, pour l’heure, certains de ces projets restent toujours bloqués à cause de l’absence de financement, ce qui pousse l’opinion locale à s’interroger sur la date de leur lancement alors que les événements se succèdent à Oran. Nul n’est sans savoir que ces trémies sont, pourtant, indispensables à la fluidité de la circulation d’autant que de par sa densité, le trafic routier est saturé depuis plusieurs années. Tous sont unanimes pour dire que le point le plus saillant à Oran, est le rond point de la pépinière, qui dessert plusieurs axes importants de la wilaya, dont la RN 11 menant vers Arzew, Bethioua et plus loin Mostaganem ou encore Bir El-Djir, l’AADL ou Es-Sedikia. En effet, il ne se passe pas un jour sans que les automobilistes déversent leur maussaderie sur ce croisement, particulièrement aux heures de pointe où il n’est pas rare qu’ils passent, selon leurs aveux partagés, près de deux heures avant de passer et ce, aux heures de pointes du matin et du soir. La  situation  est  d’ailleurs  diversement  commentée,  puisque  certains accusent  l’incompétence des  responsables  locaux qui n’ont toujours pas trouvé une solution à leur calvaire quotidien et d’autres estiment que l’incivisme des conducteurs contribue grandement à ce pourrissement, d’autant plus que la priorité à gauche est malheureusement peu respectée. Malgré la présence des policiers pour réguler la circulation, il vaut mieux éviter ce carrefour, même si parfois on ne peut pas faire autrement. Il conviendra de noter que le budget de bon nombre de projets n’ont pas été consommés par la wilaya d’Oran, et conséquemment le gel et blocage de projets qui datent de 2014. D’autres projets de trémies dont indispensables, soit six en tout, pourtant avalisés par le ministère des Transports, n’ont pas encore été lancés. Ces projets sont conçus dans le but de soulager la pression sur les grands axes du grand pôle urbain d’Oran afin de renforcer les dessertes qui relient Misserghine et pour lesquels la direction du transport d’Oran a délivré une dizaine de nouveaux agréments d’exploitation de lignes. Il est à rappeler que l’élaboration d’un nouveau plan de circulation et de transport pour la wilaya a été retardée depuis des années. Une réorganisation est préconisé par les pouvoirs publics estimant que la configuration actuelle est obsolète et ne répond plus aux besoins de la wilaya, eu égard aux nouvelles agglomérations nées à la suite de la résorption du vieux bâti et du relogement des habitants de bidonvilles.il a été, également, recommandé l’aménagement et l’entretien des abribus. Sur les 21 arrêts de la ligne 11, 12 ne sont pas aménagés. Mais, pour l’heure, certains de ces projets restent toujours bloqués à cause de l’absence de financement. Il est question, surtout, des six trémies qui n’ont pas encore été lancées alors même qu’elles sont avalisées par les ministères de tutelle. Ces trémies sont, pourtant, indispensables à la fluidité de la circulation d’autant que de par sa densité, le trafic routier est saturé depuis plusieurs années.

Hadj Hamdouche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × trois =