SPECULATION SUR LA VIANDES BLANCHES: Prise de mesures pour un approvisionnement stable du marché

La direction de wilaya de l’agriculture a pris des dispositions pour inonder les marchés de la wilaya  en viande de poulet de chair, en prévision du mois de ramadhan.

Pour répondre au déficit et casser les prix qui ont flambés, la direction des services agricoles a, de ce fait, a appelé les producteurs locaux à s’impliqué d’avantage, pour assurer un approvisionnement stable du marché. Pour leur parts, les éleveurs et producteurs locaux se sont engagés à fournir une quantité suffisante en viande blanche à hauteur de 600.000 poulets de chair, soit 12.000 quintaux et  9.000 dindons, soit 800 quintaux pour endiguer le déficit enregistré ces derniers temps, notamment le prix chez les marchand de volaille, qui atteint un seuil phénoménal (440 da/kilos). L’approvisionnement se fera en deux étapes, en premier lieu une quantité de 374.000 poulets, pour renforcer le stock en deuxième étape avec 332.000, ce qui permettra de faire barrage au spectre de la spéculation. Une mesure nécessaire pour réguler leurs prix qui ont considérablement augmenté ces derniers jours, indique M. Rahmania Rachid directeur de wilaya des services agricoles. Dans ce cadre le chef de l’exécutif a , également, instruit la direction du commerce de « déterminer les raisons de ce dysfonctionnement et d’intensifier les opérations de contrôle à cet effet. Par leur engagement, les éleveurs et producteurs auront à mettre sur le marché les stocks disponibles au niveau des marchés de la wilaya offices de régulation compétents. D’autres sources prétendent qu’une deuxième mesure suivra, devant permettre aux différents intervenants dans la chaîne de production et de distribution des viandes blanches de procéder à la vente directe au consommateur. Ce qui est certain, c’est que pour la réussite de cette opération, les directions de wilaya concernée devront intensifier la coordination entre les services agricoles et les représentants des commerçants. D’autre part, sur les marchés, durement touchés par la crise, ils sont aussi nombreux à s’accrocher à la rôtisserie comme planche de salut, entraînant une surenchère de prix qui oscille entre 800et 1000 da, le poulet rôtis au niveau de certain lieu culte de la rôtisserie à Oran. En effet, avec cette nouvelle conjoncture dans les marchés, la guerre du poulet est déclarée, là où évolue, en fin de matinée, entre les différents étals de marché de plein air, comme la rue de la bastille ou la fameuse ruelle de ‘’Tarbiaâ’’. Quoi qu’il en soit, dans cette guerre des coqs qui anime les marchés, le consommateur restera toujours le dernier arbitre. Sur les marchés, à chacun sa recette pour un poulet très convoité ces derniers jours.

Hadj Hamdouche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 5 =