SECTEUR DU BATIMENT ET BTPH: 5.700 entreprises fermées et 150.000 emplois perdus à fin avril 2021

Le secteur du bâtiment en Algérie est fortement impacté par la crise sanitaire provoquée la pandémie de la Covid-19. Conséquences : Des milliers d’entreprises ont cessé leurs activités et des dizaines de milliers d’emplois ont été perdus.

C’est ce dont a fait état l’Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA) dans un communiqué sanctionnant une Assemblée générale tenue mercredi dernier, après plus d’une année d’arrêt de toute activité, en raison des mesures prises par les autorités pour lutter contre la propagation de la pandémie de Covid-19.

« La situation qui prévaut, aujourd’hui, inquiète à plus d’un titre nos opérateurs économiques, qu’ils soient publics ou privés, notamment les entreprises adhérentes à l’AGEA », indique l’Association, qui révèle que 780 entreprises adhérentes à l’AGEA ont cessé leurs activités, « faute de plan de charge et de non-signature des différents avenants, ainsi que les différents retards de paiements des situations des années 2018-2019 », selon le communiqué repris par le journal Liberté de ce dimanche 30 mai 2021.

L’AGEA, qui a cité des statistiques du Centre national du registre du commerce (CNRC ), a fait état de la fermeture de 5 700 entreprises au total. « A la fin du mois d’avril 2021, il a été rapporté la perte de 150 000 emplois », alerte l’Association patronale. Le président de cette dernière, Mouloud Kheloufi estime que « les pertes d’emplois sont certainement plus importantes ».

Le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, a fait savoir, jeudi dernier, que les mesures exceptionnelles prises par les pouvoirs publics pour faire face à la crise sanitaire ont coûté 238 milliards de dinars au Trésor public. Le ministre a précisé que l’Etat a déboursé 99,2 milliards de dinars sous forme de primes exceptionnelles aux travailleurs, 73,1 milliards de dinars pour les opérations de solidarité avec les familles et les travailleurs exerçants des activités précaires.

Aymen Benabderrahmane s’est exprimé lors de l’installation d’un groupe de travail au niveau du Ministère des Finances regroupant des représentants de départements ministériels d’activités économiques. Ce groupe est chargé de réaliser un rapport sur l’impact généré par la pandémie de la Covid-19 sur la situation économique et financière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf + dix-huit =