Présentation de l’expérience du Ksar de Tafilalt en matière d’aménagement de construction

L’expérience cumulée en matière d’aménagement, de construction de gestion et réalisation du Ksar de Tafilelt mitoyen au Ksar de Ben Izguen dans la région du M’Zab a été mise en exergue, samedi à Ghardaïa , devant un panel d’experts, chercheurs et d’universitaires issus de l’institut nationale d’études de stratégie globale (INESG) et autres institutions de l’Etat.

Intervenant lors de l’exposé sur la genèse de la réalisation du Ksar de Tafilelt considéré comme une expérience humaine très particulière, qui rallie l’architecture, le développement durable, la préservation de l’environnement et cadre de vie, Dr Ahmed Nouh, président de la fondation « Amidoul », initiatrice du projet a mis l’accent sur l’objectif de promouvoir l’audacieuse action visant la conservation du patrimoine architectural, sociale , naturel et écologique du M’Zab, pour la réalisation de ce Ksar, conçu en 1997 en alliant tradition et modernité et s’assurant de la pertinence globale du projet, de son opportunité avec l’époque et de sa compatibilité avec les demandes locale en matière de logements.

En visitant le Ksar de Tafilelt, un Ksar écologique considéré comme une expérience humaine particulière est une contribution « modeste » des habitants du M’Zab (Ghardaia) pour atténuer les effets de la crise de logement, du changement climatique et préserver la biodiversité des oasis, la pléiade d’experts et membres de l’INESG s’est imprégnée sur le terrain de cette expérience « atypique » en construisant des maisons en synergie avec les spécificités de l’architecture locales et des matériaux du terroir et en alliant l’architecture et le développement durable avec un intérêt particulier de la préservation de l’environnement.

Dans une déclaration à l’APS, Brahim Benkhelifa , chef de la délégation et cadre supérieur au sein de l’INESG, a indiqué que l’objectif de cette visite du Ksar de Tafilalet vise « à approfondir les débats et enrichir les discussions sur la nécessité d’inclure cette forme atypique de conception d’un Ksar dans le schéma national d’aménagement du territoire (SNAT) et de créer des localités, Ksour , et cités le long de la route transsaharienne entre Ghardaia, El Menea, In Salah et Tamanrasset en tenant compte des spécificités écologiques, sociologiques de chaque région ».

De son coté, Madjid Cheikh, directeur des énergies renouvelables auprès du commissariat aux énergies Renouvelables et à l’Efficacité énergétique, a affirmé que cette visite initiée par L’INESG, s’inscrit dans une stratégie de développement visant à mettre en place un schéma de désenclavement de la route stratégique transsaharienne en créant des localités et villes « dupliquées » sur le Ksar de Tafilelt tout en tenant compte des spécificités architecturales, environnementales, des traditions, des coutumes de chaque région.

Et d’ajouter: « Un grand intérêt sera garanti pour le patrimoine culturel matériel et immatériel et la mise en place d’une vision stratégique sur la manière de valoriser le patrimoine et le savoir-faire ancestral ».

« L’objectif est de valoriser notre culture dans le cadre d’un développement durable et harmonieux de notre espace territorial à travers la création de localités avec un apport de la modernité notamment par l’utilisation de l’énergie solaire et renouvelable », a souligné le directeur des énergies renouvelables.

« Une attention particulière et un grand intérêt pour le patrimoine culturel se justifie par notre conviction qu’il ne peut y avoir de développement durable sans la mise en place d’une vision stratégique sur la manière de valoriser le patrimoine et le savoir-faire ancestral », a-t-il expliqué.

Lancé en 1997, le Ksar qui s’étend sur un site rocheux d’une superficie de 22 hectares qui compte 1050 habitations, a été conçu pour une meilleure qualité de vie en s’appuyant sur l’interprétation consciente de l’héritage architectural ancestrale et la préservation de l’environnement.

Inauguré en 2006, ce nouveau Ksar Tafilelt s’inscrit dans une optique écologique et sociale tout en s’inspirant du patrimoine ancestral que renferme les Ksour traditionnels du M’Zab.

Les initiateurs de ce Ksar s’attellent à mettre en place des stratégies singulières pour la gestion des déchets ménagers, de la densification et la préservation des espaces verts, de l’épuration naturel et biologique des eaux usées de la cité ainsi que l’agrémentation du quotidien des habitants en créant un parc des espèces animales et végétales des zones désertiques.

Les initiateurs de ce projet sont engagés à mener à bien tous les travaux de gestion des déchets ménagers en instaurant un système de collecte fixe, la création d’un système de traitement biologique des eaux usées par macrophyte à base de plants et d’un système d’éclairage public solaire.

Au terme de cette visite d’étude les membres du panel de l’INESG visiteront également des sites touristiques de la région du M’Zab classée patrimoine universel depuis 1982 par l’UNESCO.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × un =