OUTRAGE ET INJURE D’UN MEDECIN DURANT SA GARDE: Le procureur requiert 05 ans de prison ferme et une amende de 10 000 da

Le procureur du tribunal pénal d’Oran a requis 05 ans de prison fermes pour les deux condisciples, âgés tous deux de 20 ans, ayant été auteurs d’injures et d’outrages avec violence verbales envers un médecin de garde au CHU d’Oran. Le substitut de la partie civil a également exigé le payement d’une amende de 10 000 da. Les accusés ont été arrêtés suite à une plainte déposée par la victime. Les deux jeunes accompagnés un de leurs amis qui avait été victime d’un accident de la circulation, nécessitant des point de sutures à sa profonde blessure, ce qui préalablement exigé, en l’occurrence, des examens médicaux approfondis que les accompagnateurs  refusèrent sur demande du patient. De ce fait, le médecin dénia, pour sa part, de prendre en charge le malade, refusant de prendre toute responsabilité et évité une quelconque erreurs ou bavure dans l’exercice de sa fonction. Les accompagnateurs contestèrent la décision du médecin, en l’injuriant et agressant verbalement. Néanmoins, les accusés risque une peine qui semble-t-il sera exemplaire, pour leur comportement incivile.  Face aux problématiques de violence et d’incivilité dont sont victimes les établissements de santé et depuis l’apparition de l’épidémie de Coronavirus, les pouvoirs publics ont convenus de mettre en œuvre des procédures de protection fonctionnelle en faveur des personnels hospitaliers.  La protection des agents publics et du personnels médicales posaient un problème particulier en raison d’une jurisprudence d’abord restrictive puis évolutive : ce n’est plus le cas désormais.

Hadj H

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × deux =