ORGANISEE PAR LE FORUM NATIONAL DES MEDIAS ALGERIENS, BUREAU D’ORAN (FNMA) : Journée de sensibilisation au CHU Oran, sur les conséquences néfastes des drogues

Au courant de la matinée de ce mardi 21 juin, une journée scientifique d’information et de sensibilisation a été présentée au niveau de l’amphi du service de chirurgie générale du CHU Dr Benzerdjeb. Une rencontre organisée par le bureau d’Oran du Forum national  des médias algériens, dont la première responsable et journaliste Mme Bacha Bakhta, habituée à l’organisation de tels évènements d’importance indéniable pour la société  qui a accueilli l’ensemble des invités conviés a cette journée sur la thématique des dangers de la consommation de la drogue et de l’addiction qui frappe les jeunes consommateurs. Un fléau qui il faut le rappeler reste de plus en plus inquiétant et qui concerne non seulement les médecins et spécialistes ou les services sécuritaires, mais qui frappe de plein fouet de nombreuses familles.

Au vu de l’importance incontestable du sujet, la rencontre qui coïncide avec la journée mondiale de lutte contre la drogue, consacrée le 26 juin de chaque année, de nombreux médecins spécialistes ont pris part a la rencontre aux coté du personnel paramédical ainsi qu’un certains nombre de journalistes de divers organes médiatiques.

Des chiffres tous plus inquiétants les uns que les autres ainsi que des témoignages de médecins ont retenus l’attention de l’assistance mettant en évidence, la dangerosité du phénomène et surtout l’impératif de combattre par tous les moyens ce fléau.

Pour le professeur Ammani Moulay, chef de service en psychiatrie, au CHU Dr Benzerdjeb, qui abordera pour sa part, les causes et les conditions de la personne dépendante des drogues et de quelle manière évolue son état de santé, de consommateur dépendant a personne perturbée mentalement. Une situation qui dira le Professeur, doit être prise en urgence extrême afin d’orienter le malade le plus rapidement possible vers des services d’urgences spécialisés. d son coté le professeur Dahdouh Aicha, directrice du centre de soins pour personnes addictes au centre psychiatrique spécialisé de Sidi Chami, insistera en premier lieu sur l’implication de tous les pans de la société notamment en ces temps ou l’on constate une hausse inquiétante de cas psychiatrique, il est impératif d’intensifier les campagnes de sensibilisation, notamment dans le milieu scolaire en coordination avec l’ensemble des acteurs des différents secteurs et e afin de combattre le fléau qui sévit actuellement lié a la consommation de drogues.

Pour le Dr Benchohra Sabrina, specialiste en maladie psychiatrique au CHU d’Oran,  elle lèvera le voile sur un autre phénomène récent et d’actualité qui est celui de l’addiction aux jeux électroniques et aux sites spécialisés issus des technologies nouvelles,  téléphones portables, réseaux sociaux, de véritables phénomènes qui mettent en condition les jeunes utilisateurs. c’est un en fait une véritable sirène d’alerte qui est lancée par le Dr Benchohra,  car les jeunes utilisateurs et mordus du Net et des technologies nouvelles sont difficiles a détecter et il est encore plus difficile aux jeunes « accros » d’accepter le fait qu’ils soient addictes aux jeux et autres réseaux sociaux,, jusqu’à passer a un stade de maladie mentale, que même les familles des victimes n’arrivent pas a comprendre.  il est plus que nécessaire de faire comprendre a ses victimes et à leurs familles, que les soins et le suivi médical existent. il est arrivé des cas de personnes  « acrros » qui sont tellement pris dans cette tourmente du virtuel des jeux qu’ils sont poussés a des actes extrêmes dont des crimes.

Les chiffres avancées lors de cette journée par les spécialistes, notamment sur le nombre de consommateurs de drogues, de leur âge de plus en plus jeunes et qui concerne les deux sexes, font froid dans le dos et poussent toute la société a prendre en considération les cris d’alerte de ces médecins et spécialistes afin de freiner l’ascension fulgurante et plus qu’inquiétante de ces fléaux des plus nuisibles à la société.

Zitouni Mustapha                               

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 4 =