ORAN Saisie de 5.488 comprimés psychotropes

Les éléments de la brigade de lutte contre la commercialisation de stupéfiants et de psychotropes, relevant du service de la police judiciaire de la sûreté de wilaya d’Oran, sont parvenus à mettre fin aux agissements d’un dangereux trafiquant de psychotropes avec la saisie d’une quantité de 5.488 comprimés de « prégabaline », a-t-on appris, jeudi, auprès de ce corps de sécurité. La brigade de lutte contre la commercialisation illicite de drogue et de psychotropes de la sûreté de wilaya ont arrêté un « dangereux » trafiquant de psychotropes, repris de justice âgé de 36 ans, selon la même source, ajoutant que l’opération a été effectuée suite à l’exploitation d’informations recueillies par les éléments de la brigade, a-t-on précisé de même source. Selon ces informations, cet individu qui active dans la commercialisation de psychotropes dans le milieu urbain, détient une quantité de comprimés de psychotropes, prêts à être commercialisée à d’autres trafiquants, a indiqué la même source. Après avoir surveillé les mouvements du mis en cause, non loin du lieu de sa résidence, les policiers ont ainsi réussi à l’intercepter et ont procédé à son arrestation, a ajouté la même source, notant que l’individu avait essayé, lors de son arrestation, de prendre la fuite, mais a été immédiatement appréhendé. Lors de la fouille corporelle du suspect, les enquêteurs ont trouvé en sa possession deux téléphones mobiles et une arme blanche prohibée, indique-t-on. Poursuivant leur enquête, et après une autorisation de perquisition émanant du procureur de la République du tribunal d’Es-Sénia, une fouille minutieuse a été opérée au domicile du suspect, en sa présence, où les enquêteurs ont découvert une quantité de 5.488 de comprimés psychotropes de type « prégabaline de 300 mg », sous forme de 49 paquets de huit (8) plaquettes chacun, ainsi qu’une somme de 60.000 dinars issue des revenus de la commercialisation des psychotropes, indique-t-on de même source, ajoutant que le suspect sera présenté devant la justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × quatre =