Nouvelle crise diplomatique entre Paris et Rome

Le ministre italien des Affaires étrangères, Antonio Tajani, qui devrait se rendre à Paris , a annulé sa visite en France dans la foulée des déclarations du ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin,tenues ce jeudi à l’égard de la Première ministre italienne, Giorgia Meloni, qui l’a qualifiée d’incapable de régler les problèmes migratoires de son pays.

C’est une déclaration qui n’est pas de nature à réchauffer les relations déjà tendues entre Paris et Rome. La Première ministre italienne, Giorgia Meloni, « est incapable de régler les problèmes migratoires » de l’Italie qui connaît des arrivées record par la Méditerranée, a affirmé CE jeudi 4 mai le ministre français de l’Intérieur.

« Madame Meloni, gouvernement d’extrême droite choisi par les amis de Mme (Marine) Le Pen, est incapable de régler les problèmes migratoires sur lesquels elle a été élue », a déclaré le ministre, interrogé dans l’émission « Les grandes gueules » de RMC sur des propos du président du Rassemblement national RN, Jordan Bardella, concernant la situation migratoire à la frontière franco-italienne.

« Oui, il y a un afflux de personnes migrantes et notamment de mineurs » dans le sud de la France, a reconnu Gérald Darmanin, qui en rejette la faute sur le voisin italien : « La vérité, c’est qu’il y a en Tunisie (…) une situation politique qui fait que beaucoup d’enfants notamment remontent par l’Italie et que l’Italie est incapable (…) de gérer cette pression migratoire », a-t-il insisté.

Des critiques qui ont immédiatement suscité la colère de Rome. Le ministre italien des Affaires étrangères, Antonio Tajani, qui devrait se rendre à Paris a annulé sa visite après les propos jugés « inacceptables » du ministre français de l’Intérieur.

« Je n’irai pas à Paris pour la rencontre prévue avec » la ministre des Affaires étrangères française Catherine Colonna, a annoncé Antonio Tajani sur Twitter. « Les offenses contre le gouvernement et l’Italie lancées par Gérald Darmanin sont inacceptables. Ce n’est pas l’esprit avec lequel on doit affronter les défis européens communs ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × quatre =