MR MIDOUN TEWFIK, SECRETAIRE GENERAL OUEST DU SYNDICAT NATIONAL UGTA DES OPERATEURS DU TOURISME ET DU VOYAGE

«Le maintien des frontières fermées a permis aux compagnies étrangères de multiplier leur chiffre d’affaires par 5 » 

Le secrétaire Général Ouest du Syndicat National UGTA des opérateurs du tourisme et du voyage, Mr Midoun Tewfik, est revenu en professionnel des voyages sur le marasme qui frappe le secteur. Très au fait du dossier des agences de voyage qu’il n’a eu de cesse de défendre depuis l’apparition de la Pandémie et de ses conséquences économiques sur le secteur dans son entier. Perte d’activité, perte d’emploi pour de très nombreux employés face à une absence réelle de prise en charge pare l’Etat, Mr Midoun apporte une nouvelle fois un éclairage sur la situation, touchant comme a son habitude et sans détour, le problème du doigt.     

Le maintien des frontières fermées en Algérie contrairement au reste du monde qui a ouvert les siennes depuis plusieurs mois, a mis au KO le pavillon national Air Algérie ainsi que l’ENTMV en plus de la crise économique qui secoue le pays.

Le maintien des frontières fermées a permis aux compagnies étrangères de multiplier leur chiffre d’affaires par 5 si ce n’est plus, comme par ex : un Alger / Barcelone / Alger soit 2 heures de vols aller  et retour dont le prix qui s’élève à 180.000 Da avec zéro bagage au lieu de 26.000 Da en basse saison et 36000 Da en haute saison soit 5 fois plus, ainsi que la destination Turquie Alger/Istanbul/Alger a 234.000 Da et économique classe au lieu de 46.000 Da habituellement avant le Covid, ainsi que le réseau France en aller retour à 136.000 Da au lieu de 48.000 Da et en basse saison à l’époque de la défunte compagnie Aigle Azur dont le tarif avait atteint 24.000 Da entre Alger/Paris/Alger au moment où Air Algérie reste plus que correcte en matière de tarification mais toujours déficitaire vu le nombre d’appareil cloué au sol ainsi que les agences de voyages qui restent à l’abandon sans pour autant que le pouvoir public ne pense un seul instant à ces dernières  qui font peine dont une grande majorité, a été contrainte de déposer le bilan en licenciant des milliers d’employés malheureusement et subissant des rôles fiscaux et sans aucune prise en charge de l’Etat depuis l’apparition du Covid 19, sans évoquer le problème de la Cnas et la Casnos.

Toute cette cherté des titres de transports est relative au maintien des frontières fermées et au détriment du pauvre client algérien déplumé par ces dernières.

Le secrétaire Général Ouest du Syndicat National UGTA des opérateurs du tourisme et du voyage

Mr Midoun Tewfik

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − un =