MANQUE DE TRANSPORT URBAIN VERS LE NOUVEAU POLE DE BELGAÏD : Le redéploiement de l’ETO vers les nouveaux pôles d’habitat doit être étudié

Dans le cadre de son programme de redéploiement, l’entreprise des Transports urbains de la wilaya d’Oran ETO manque cruellement de bus à mettre en exploitation vers le nouveau pôle de Belgaïd. Les nouveaux habitants de ce pôle, en appelle au wali pour renforcer cette nouvelle extension du grand pôle urbain d’Oran.  Les pouvoir publics avaient longtemps certifiais qu’il y aurait aucune lacune et que de nouvelle lignes serait mise en place.  Avec le peu de Bus, il n’y a eu aucun impact de ce projet dans l’amélioration de la prise en charge des doléances de la population. Oran a connu une nouvelle dynamique à travers les nouveaux pôles d’habitat, mais l’infrastructure et le service publics d’accompagnement ne suivent pas, à Belgaid, Aïn El Beïda, Misserguin et Oued Tlélat. Les autorité locale ont de tout temps mis l’accent sur les nouveaux centres d’habitat réceptionnés en procédant à un redéploiement en interne. Aucune étude analytique n’a précédé ces projets. Des études en fonction des besoins de chaque ligne, de façon à injecter un bus ou deux, pour assurer des ligne dont la demande est faible sur une autre trop fréquentée et dont le besoin se fait sentir. Lke calvaire continue chaque jour. A quand des redéploiements en interne de façon à satisfaire les besoins des nouveaux bénéficiaires de logements, desservant de nouveaux programmes d’habitat. Lors de la dernière grève du personnel de  l’entreprise de transport publique (ETO), des travailleurs avaient  déploré la récurrence des pannes des bus appartenant à l’ETO (38 sur 64 seraient sur cale), le manque de pièces détachées de rechange, le retard de réception de nouveaux bus et ce, depuis 2014, 14 auraient été livrés sur 50 prévues.  Avec l’annulation du dernier tracé du tramway, il est devient urgent de se pencher sur cette problématique du transport urbain. L’extension du groupement urbain vers Belgaïd, Oued Tlélat et Misserghine, avec des bâtiments à perte de vue, entre LPL, AADL et LPA exige une la mobilisation des responsables du secteur des Transports afin de remettre  de l’ordre dans les lignes urbaines et suburbaines. Rappelons que l’année universitaire reprend et que cette problématique devra s’accentuer d’avantage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × deux =