LOURD REQUISITOIRE POUR LE VOLEUR DE BAC A ORDURE DE BIR EL DJIR: 18 mois de prison ferme à l’encontre du marchand de fruits et légume

L’avocat général a requis 18 mois de prison, à l’encontre du voleur de bac à ordure de Bir El Djir. Le réquisitions contre cet incrédule, qui active comme vendeur de fruit et légumes au marché de Bir El Djir, est nettement serré. Durant l’audience du tribunal au pôle juridique de Fellaoucen, la partie civile a également maintenue dans le réquisitoire le caractère du dédommagement sur le préjudice causé à la commune, la collectivité locale et la population. Force est de relever que ce phénomène de disparition de bac à ordure est de plus en plus fréquent dans toutes les communes de la wilaya d’Oran. Il ne se passe pas une journée sans qu’une demi-douzaine de disparitions soit signalée. Ces bacs seraient particulièrement prisés des voleurs, lorsque ce ne sont pas de simples vandales. Le vol des poubelles est devenu monnaie courante dans certains quartiers d’Oran. Un constat fait chaque jour au centre-ville où l’on déplore la disparition mystérieuse de dizaines de bacs à ordures en plastique vert depuis la mise en service de ce concept. Mais où sont passées les poubelles des rues du centre-ville ? Pour certains, ce phénomène profite généralement aux professionnels de la récupération du plastique. Dernièrement, bon nombre habitants du centre ville ont eu une drôle de surprise au moment de descendre leurs ordures ménagères… Dans la même semaine, d’autres habitants d’immeubles mitoyens ont vécu la même mésaventure. Dès que l’on oublie de les rentrer, on se les fait chiper ! C’est pénible, s’agace-t-on. Le préjudice de ces incivilités fait que lorsque des habitants demandent un container supplémentaire, la requête n’est pas satisfaite par la mairie. Vu le prix d’un bac avoisine les 5.000 DA, le préjudice causé aux collectivités locales se compte en millions de dinars. Il faut dire que la facture est déjà suffisamment salée pour l’APC et la Direction de l’environnement qui fournissent ces bacs.  Notons que l’acquisition des ces bacs, d’une capacité de 200, 240, 600, 660 et 700 litres, entre dans le cadre de l’application de la stratégie de la wilaya d’Oran qui vise à consolider les efforts des communes pour la lutte contre le phénomène des décharges sauvages. Cette action vient compléter d’autres opérations visant à lutter contre les décharges sauvages. Ces moyens de pré-collecte des ordures seront ventilés sur l’ensemble des communes de la wilaya et en particulier sur Oran et sa périphérie immédiate, à l’exemple de Bir El-Djir et Es-Sénia.  Ces derniers sont mis à la disposition de “Oran Propreté”, qui gère seulement leur distribution aux habitants sans qu’un atelier de maintenance y soit prévu comme alternative. Au-delà du préjudice financier, ce sont les désagréments occasionnés aux ménages et qui se répercutent de facto sur l’environnement qui sont affligeants.

Hamdouche Hadj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 + vingt =