« L’inaction de l’ONU est la principale raison de l’échec du processus de paix au Sahara occidental », Sidi Mohamed Omar.

Récemment, en allemand, un livre intitulé « Le conflit au Sahara occidental entre le colonialisme, l’impérialisme et l’autodétermination » a été publié, qui comprenait des articles de divers chercheurs, universitaires, professeurs et militants internationaux et allemands. Le livre comprend un article analytique intitulé « L’opération de paix des Nations Unies au Sahara occidental : État et perspectives » du Dr Sidi Mohamed Omar, représentant du Front auprès des Nations Unies et coordinateur sahraoui auprès de la MINURSO. L’auteur analyse l’état du processus de paix et sa pierre d’achoppement comme conséquence de l’inaction continue du Conseil de sécurité, influencée par certains de ses membres permanents, qui encourage le Maroc à persister dans ses tentatives de consolider et de légitimer son occupation illégale de certaines parties du Sahara occidental. Le diplomate sahraoui a indiqué qu’il est essentiel que le Conseil de sécurité prenne des mesures concrètes pour faire face à la situation dans la région, qui a radicalement changé depuis le 13 novembre 2020, et a souligné que le Conseil de sécurité doit prendre conscience des graves conséquences de « les laisser comme ils sont. » « C’est une politique qui repose en grande partie sur l’hypothèse que la solution la moins coûteuse d’un point de vue politique, et en raison de certaines considérations géopolitiques, est de maintenir le statu quo et de laisser les deux parties résoudre elles-mêmes le conflit. sur la base de leurs rapports de force sur le terrain, ce qui est une hypothèse très dangereuse en raison de ses répercussions très dangereuses pour la paix et la sécurité dans toute la région », a déclaré Sidi Omar. Il est très important, ajoute le Dr Sidi Mohamed Omar, que le Conseil de sécurité se rende compte que le référendum d’autodétermination, qui constitue l’épine dorsale du plan de règlement de 1991, reste la seule solution basée sur le consentement des parties, rappelant que le mandat principal de la MINURSO est d’organiser un référendum libre, équitable et impartial sur l’autodétermination du peuple du Sahara occidental. Le diplomate sahraoui a souligné que les événements récents et les règles fondamentales du droit international indiquent qu’il n’y aura pas de solution pacifique, juste et durable au conflit au Sahara occidental à moins que la solution ne prévoie l’exercice réel du droit du peuple sahraoui à l’autonomie. -détermination et indépendance. , soulignant en même temps que le peuple sahraoui ne renoncera jamais à son droit à l’autodétermination et à la liberté et poursuivra sa lutte par tous les moyens légitimes pour atteindre ses objectifs légitimes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux + neuf =