L’IMPERATIVE DE DEMOLIR 150 IMMEUBLES MENACES D’EFFONDREMENT A ORAN: Les fond de démolition et l’affectation du foncier récupéré pose un sérieux problème

150 immeuble précaire et menaçants ruine devront être évacué, a conclu le rapport de la commissions chargées de recenser et mener des investigations profondes sur la situation des immeubles et toutes les constructions menaçant ruine et précaires au niveau de la wilaya d’Oran. Des immeubles dans un état de précarité et danger imparable, avec des parties communes internes ont été détruits, de sorte qu’ils sont inaccessibles et inhabitable. Pour la plus part sont squatté car les accès ont été condamnés et scellés avec du ciment. Les pouvoirs ne pouvant pas les assainir en les démolissant et cela, au su du danger des risques latérale pouvant survenir sur les immeuble adjacents, qui se trouvent être toujours habités. Le directeur du logement, a indiqué que les immeubles précaire, présentant un danger et risquent d’effondrement imminent,  et répertoriés dans la case rouge, nécessitent l’évacuation des habitants. Notons qu’à ce propos, que plus de 18.000 familles qui souffraient de cette situation ont été relogées dans le cadre des programmes déjà distribués. Mais à défaut d’une politique de gestion et suivi de ce parc immobilier et foncier, normalement récupéré, le problème n’a toujours pas été réglé. Ainsi et selon le constat effectué, plus de 600 bâtisses ont été classées dans la case rouge par les services de contrôle technique en charge de l’opération. Dans ce contexte, les commune les plus touchées sont, Oran et Arzew (cité Benboulaid), a souligné le Centre d’expertise technique. Cette même commission devra, sur  instruction du wali, Saïd saâyouda, poursuivre son travail pour rendre un rapport exhaustif, qui impliquera les services de la protection civil et assainir cette situation et procédé au relogement en urgence de pas moins de 2 500 familles, recensé dans 08 secteurs urbains de la commune d’Oran. Dans ce sens, cette commission mixte composée des représentants de chaque structure concernée notamment, les daïras et les services de sécurité et la protection civile et qui a pour principale mission et d’entamer une opération de recensement ciblé (immeuble par immeuble). Ceci vise en premier lieu à vérifier et valider le travail effectué et par le CDE, en second lieu à recenser ce qui est occupé à travers le nombre de ménages assujetti à cette opération et à quelle date précise. L’approche recommandée par les autorités locales consiste à effectuer des ponctions sur des programmes (RHP) en cours, a-t-on expliqué. Il est question aussi d’inscrire un autre programme qui répond aux besoins propres du vieux bâti ou bien le phénomène des constructions illicites qui ne cesse de prendre de l’ampleur. De toutes cette problématique, c’est l’assainissement qui pose problème à Oran. Il y a vraiment anguille sous roche, pour la mise en œuvre d’un programme de démolition, tant au niveau technique, que financier. En effet, la plus récente opération de démolition de ces immeubles évacués, programmée par les services concernés, a traîné, dit-on, en raison du manque de moyens matériels et financiers. Selon certaines sources, pas moins de dix (10) milliards de centimes seraient nécessaires pour démolir les immeubles évacués. Pour certains avis, le problème qui entrave la prise en charge de ces immeubles réside dans l’affectation et l’attribution du foncier récupéré.

H.H

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − cinq =