Les députés adoptent les projets de lois relatifs à la lutte contre la traite des êtres humains et de l’usage de stupéfiants et de substances psychotropes

Les députés de l’Assemblée populaire nationale (APN) ont adopté, mardi, le projet de loi relatif à la prévention et à la lutte contre la traite des êtres humains et le projet de loi relatif à la prévention et à la répression de l’usage et du trafic de stupéfiants et de substances psychotropes.

Le vote des deux projets de loi s’est déroulé en séance plénière présidée par le président de l’APN, M. Ibrahim Boughali, en présence du ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Abderrachid Tabi, et de la ministre des Relations avec le Parlement, Besma Azouar.

Dans son allocution à l’issue de l’adoption, le ministre de la Justice a affirmé que le vote des textes des deux lois « reflète la ferme volonté de l’APN de lutter contre toutes les formes de criminalité grave, et prouve également le niveau de prise de conscience face à ces phénomènes criminels ».

Dans le même sillage, il a relevé que le vote du projet de loi relatif à la prévention de la traite des êtres humains « permettra de renforcer le système judiciaire qui criminalise ce phénomène dangereux par un texte spécial et cadre avec les engagements internationaux de l’Algérie, d’autant qu’il prévoit des dispositions importantes garantissant la protection nécessaire aux victimes de ce crime, qui a pris des dimensions internationales ».

Concernant le projet de loi relatif à la prévention et à la lutte contre le trafic de stupéfiants et des substances psychotropes, le ministre a rappelé que cet amendement  « intervient 18 ans après la promulgation de la loi en 2004″, relevant que le texte adopté permettra notamment d’éliminer la problématique de la classification de certaines substances qui se sont propagées dans la société », en sus de « renforcer les dispositions de prévention des drogues et des substances psychotropes, et de conforter l’assistance et la coopération judiciaires par de nouvelles dispositions qui tiennent compte des dimensions internationales de ce crime dangereux », a conclu le ministre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt + 13 =