LES COMMERÇANTS ET DISTRIBUTEURS BOYCOTTENT LA VENTE DU LAIT: Plusieurs localités d’Oran subissent les affres d’une nouvelle crise

Le lait conditionné en sachet se fait rare chez les laitiers et magasins d’alimentation générale au niveau de plusieurs communes de la wilaya d’Oran. À priori, se sont les nouvelles mesures répressives du département du commerce  qui ont fait déguerpir les distributeurs et commerçants détaillant de lait ensaché.  En effet, la tutelle, à travers l’IRF et la force publique, a durcit le temps avec les distributeurs et détaillant au point que ces derniers boycottent depuis quelques jours la vente de précieux produits. Des mesures qui passent par une invitation solennelle tous les consommateurs à signaler le non-respect du prix du lait pasteurisé conditionné en sachets. Notons que le département du commerce, est résigné à éradiquer la « mafia du lait » en usant de la force de la loi pour combattre les pratiques de spéculation sur les prix qui caractérisent l’économie nationale. De ce fait, les distributeurs et détaillants (alimentation générale) se retrouvent entre le marteau et l’enclume, finissant par bouder la vente de ce produit de large consommation et de première nécessité. Parmi les mesures prise par la tutelle, il a aussi été ordonné la fermeture de toutes les usines laitières qui obligent les commerçants à acheter du lait de vache ou tout autre produit laitier, autre que du lait subventionné. Certains commerçants se sont défaussés sur les fournisseurs. Ces derniers exigent une quantité conséquente de sachets de lait de vache contre le quota de sachets de lait pasteurisé ordinaire requis. Cela se répète à chaque opération d’approvisionnement et qui se répercute par ricochet aux consommateurs.  D’autre part, la Fédération des distributeurs de lait de la wilaya d’Oran, avait annoncé cette crise qu’elle a qualifiée de plus grave que ses prédécesseurs. Elle se  traduit par la disparition totale de cette substance des commerces dans plusieurs localité, et ce sur fond de raréfaction de la poudre de lait, et les contrecoups de la récente instruction ministérielle imposant le marquage de la feuille d’engagement du distributeur par les détaillants, actuellement rejetée par la plupart de ces revendeurs. Dans ce même sillage, force est de constater que chaque semaine des milliers de litres de laits en sachet sont débusqué sur les route et saisie par la gendarmerie nationale. Pas plus tard qu’en fin de semaine dernière, les éléments de compagnie territoriale de la sécurité routière de la Gendarmerie nationale d’Oran ont intercepté au niveau de la RN4, au niveau d’un barrage fixe à El Kerma, un camion frigorifique en provenance de Sidi Bel Abbés. La mise en cause qui risque une lourde sanction pénale, sera présentée devant les instances judiciaires compétentes, une fois l’enquête achevée. Deux infractions ont été relevées à l’encontre du  propriétaire du camion transgresseur, celles de spéculation illicite et de vente de lait subventionné, en dehors de la chaîne de distribution.

 

Les spéculateurs sur le lait et l’huile de table sous les verrous

 

Dans un autre registre et dans le cadre de la lutte, menées tambour battant contre les spéculateurs sur les produits de large consommation, les brigades d’inspection de la direction du commerce ont permis la récupération de 4.929 litres d’huile de table et 20.400 litres de lait pasteurisé et l’arrestation de plusieurs individus. Selon un responsable de la direction du commerce, ce bilan traduit les opérations effectuées durant le mois d’octobre en coordination avec les services de sécurité. Les contrôles, notamment pendant la nuit, ont permis de freiner la spéculation dans de nombreuses localités. Les opérations menées conjointement par les services du commerce, la police et la gendarmerie ont débouché sur la saisie de 13 900 litres de lait pasteurisé. Des actions similaires se sont soldées par la saisie de 4.000 litres à Yaghmouracen. Deux autres saisies de 1.995 litres et 575 litres de lait ont été opérées et acheminées vers les hôpitaux et les services du Croissant-Rouge algérien. Au cours du même mois, 1.610 litres huile de table ont été également saisis à Aïn el Turk.

Hadj Hamdouche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − 11 =