Entité sioniste : ouverture d’une enquête sur de « sérieux soupçons » concernant la mission diplomatique au Maroc

La chaîne officielle sioniste Kan a révélé, lundi, que le ministère  des Affaires étrangères a ouvert une enquête sur de « graves soupçons » concernant la mission diplomatique de Tel-Aviv au Maroc, notamment des allégations d’exploitation de femmes par un haut fonctionnaire, de harcèlement sexuel et des allégations d’atteinte aux bonnes mœurs, en plus de graves conflits entre diplomates.

« Le ministère des Affaires étrangères enquête sur les plaintes reçues au sujet d’actions qui auraient été menées à la représentation (bureau de liaison) israélienne au Maroc », a révélé la chaîne de télévision publique Kan.

La chaîne a ajouté que des diplomates et des politiciens de haut rang étaient impliqués dans cette affaire, soulignant que « le point focal de l’enquête est le comportement du chef de la mission , David Govrin, qui était auparavant ambassadeur en Égypte. »

Le média explique que « face à ces allégations, une importante délégation du ministère des Affaires étrangères est arrivée en catastrophe à Rabat la semaine dernière, avec à sa tête l’inspecteur général du ministère, Hagai Behar. »

Et d’ajouter que le ministère enquête sur la disparition ou le vol d’un « cadeau précieux » reçu de la cour royale marocaine lors de la célébration de l’anniversaire de la fondation d’Israël, ou de ce que les Israéliens appellent le « Jour de l’Indépendance », et qui n’a pas été déclaré.

Un conflit au sein du bureau de liaison entre le chef de la mission, Govrin, et l’agent de sécurité responsable de la sécurité et de la sûreté de la mission israélienne fait également l’objet d’une enquête, selon la chaîne.

Kan a évoqué « une autre histoire étrange qui fait l’objet d’une enquête, concernant un homme d’affaires nommé Sami Cohen, qui a participé à l’accueil officiel de hauts responsables israéliens » au Maroc.

Cohen a notamment accueilli le Premier ministre  »Yair Lapid », lorsqu’il était ministre des Affaires étrangères, le ministre de la Justice Gideon Sa’ar, la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked et d’autres hauts responsables israéliens.

Selon les allégations, « l’homme d’affaires a organisé des réunions pour de hauts responsables israéliens avec des représentants officiels marocains, bien qu’il n’occupe aucune position officielle et qu’il ne soit qu’un ami de David Govrin. »

Kan a précisé que « ce qui dérange les responsables du ministère (israélien) des Affaires étrangères, ce sont les graves allégations d’exploitation et de harcèlement de femmes locales par un fonctionnaire israélien. »

Et d’indiquer que « si ces allégations s’avèrent exactes, cela pourrait représenter un grave incident diplomatique dans les délicates relations entre l’entité sioniste  et le Maroc », alors qu’il n’y a pas encore eu de commentaire de la part des autorités marocaines à ce sujet.

Le 10 décembre 2020, l’entité sioniste   et le Maroc ont annoncé la reprise de leurs relations diplomatiques, après leur suspension en 2000.

Israël considère les relations avec le Maroc comme « hautement stratégiques et importantes », mais, selon la chaîne Kan, « en raison de ces difficultés et d’autres, l’ambassade dans le pays n’a pas encore été officiellement ouverte et l’accord de paix entre les deux pays n’a pas encore été finalisé. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + onze =