Le vaccin Sanofi prend du retard

Les laboratoires GSK et Sanofi annoncent un recul dans le calendrier de leur vaccin. Celui-ci ne fonctionne pas assez bien chez les personnes âgées. Un nouveau dosage pourrait arriver sur le marché fin 2021.

Mauvaise nouvelle pour le vaccin franco-britannique. Les groupes Sanofi et GSK ont annoncé un report de leurs prévisions de livraison. Initialement prévu pour début 2021, leur produit ne sera finalement pas disponible avant fin 2021.

Les premiers résultats des phases 1 et 2 des essais cliniques ont montré que leur vaccin ne stimule pas suffisamment le système immunitaire des personnes de plus 50 ans. Le groupe a donc décidé de tenter un nouveau dosage.

Leur projet repose sur une technologie encore différente de celle de Pfizer ou d’AstraZeneca. Sanofi propose d’injecter dans le corps une protéine du virus produite dans ses laboratoires. Cette technique est bien connue en vaccination, mais elle est réputée moins efficace. Pour augmenter la réponse du système immunitaire, on ajoute un adjuvant, produit par GSK.

Thomas Triomphe, le vice-président exécutif de Sanofi Pasteur, la branche vaccins de Sanofi, explique à l’AFP les suites attendues pour leur projet : «En lançant un essai (complémentaire) de phase 2B en février prochain, en accord avec l’Autorité pour la recherche et développement avancée dans le biomédical aux Etats-Unis, nous allons pouvoir tester la nouvelle formulation de notre vaccin, mais aussi la comparer avec un vaccin contre le Covid déjà enregistré. Si les résultats sont positifs, nous démarrerons la phase 3 au deuxième trimestre, et nous sommes confiants dans notre capacité à mettre à disposition de premières doses au quatrième trimestre 2021.»

Sanofi a déjà des précommandes pour son vaccin de la part des Etats-Unis, de l’Europe mais aussi du dispositif Covax pour les pays en voie de développement. Ce retard est annoncé alors que les premières doses du vaccin de Pfizer – qui injecte directement de l’information génétique du virus dans le corps – ont commencé à être distribuées au Royaume-Uni et au Canada.

Selon le décompte de l’organisation mondiale de la santé, il y a actuellement 52 projets de vaccins en phase de test chez l’homme et 162 chez l’animal. Tous n’arriveront pas à leur terme, mais il est probable que plusieurs générations de vaccins contre le Covid-19 se succèdent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 + 14 =