Le président de la République : création de zones franches entre l’Algérie et 5 pays africains en 2024

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a annoncé, mardi, que l’année 2024 sera marquée par la réalisation de zones franches entre l’Algérie et cinq pays africains, en l’occurrence la Mauritanie, la Tunisie, la Libye, le Mali et le Niger.

Dans une allocution prononcée par visioconférence, à l’occasion de la 41ème réunion du Comité d’orientation des chefs d’Etat et de Gouvernement du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), le président de la République a annoncé que «l’Algérie connaîtra, en 2024, la création de zones franches avec des pays frères, à commencer par la Mauritanie, puis les pays du Sahel tels que le Mali et le Niger, outre la Tunisie et la Libye».

Le président de la République a, également, souligné l’attachement de l’Algérie à atteindre les objectifs de développement économique et d’intégration continentale, et l’importance d’œuvrer à améliorer l’efficacité des processus d’intégration économique en Afrique.

Cette intégration, a-t-il ajouté, concerne notamment l’amélioration des infrastructures à travers le renforcement des partenariats Public/Privé, l’exploitation des ressources nationales, le recours aux fonds régionaux et internationaux de développement des infrastructures et à d’autres outils de financement innovants.

Il s’agit, également, de l’amélioration des réseaux régionaux de production et de commerce à travers le renforcement des capacités de production et la poursuite des efforts visant à promouvoir le rôle du secteur industriel, mais aussi à adhérer aux chaînes des valeurs ajoutées à l’échelle mondiale, en favorisant la diversité des industries africaines, a soutenu le président de la République, affirmant que l’Algérie accordait un intérêt majeur à l’investissement dans les infrastructures de base.

Dans ce cadre, il a rappelé les projets d’envergure à dimension continentale lancés par l’Algérie, à l’instar de la route transsaharienne reliant six pays africains et du projet de la Route reliant la ville de Tindouf et celle de Zouerate en Mauritanie.

L’Algérie a lancé, aussi, le projet de la Dorsale transsaharienne à fibre optique pour développer l’économie numérique régionale dans le Sahel, ainsi que le gazoduc transsaharien qui transporte le gaz du Nigéria vers l’Europe en passant par l’Algérie et le projet de développement du réseau de transport ferroviaire sur tout le territoire national, pouvant s’étendre aux pays voisins, suivant la vision de la route transsaharienne, a-t-il ajouté.

Le Président de la République a appelé à «la nécessaire mobilisation de davantage de ressources humaines, techniques et financières en vue d’exécuter les principaux projets continentaux inscrits au titre de l’agenda africain de développement à l’horizon 2063, en plus du renforcement des efforts de réalisation de la complémentarité et de l’intégration continentales, dont l’accélération de la mise en œuvrer de l’accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine».

Il a, également, appelé à soutenir les initiatives visant le développement de l’Afrique, notamment les projets d’infrastructures et de transition industrielle dans le cadre de l’instauration de la sécurité et la réalisation du développement escompté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − neuf =