L’ALIENE COURT TOUJOURS AU CENTRE VILLE D’ORAN : Un citoyen mortellement agressé par un malade mental à la rue Larbi Ben M’hidi

Depuis quelques jours, un malade mental sème la terreur à Oran, notamment parmi les habitants de la rue Larbi Ben M’hidi, et ce, en raison de son caractère violent qui a engendré la mort d’un citoyen habitant le quartier Cavaignac.  La genèse de ce drame revient au début du mois en cours, où un citoyen habitant un immeuble de la rue Larbi Ben M’hidi, au centre-ville d’Oran, a quitté son appartement pour aller faire des courses, s’est heurté à malade qui avait l’habitude de trainer sur la rue en question.  C’est en revenant vers son lieu de domicile, que la victime répondant aux initiales de S.N, a été surpris par un homme, qui lui asséna plusieurs coups violents au niveau de la tête et la nuque, raconte les témoins sur place. A moitié conscient, la victime tenta de regagner sa maison, alors qu’il se mit soudainement à saigné de la bouche et du nez, à l’instar des blessures  qui avait causé de graves lésions et apparentes et des ecchymoses.  Pris de panique et d’étourdissements, la victime a été assister par les passants et voisin, quelques instants après, notamment ceux ayant tenté de le secourir durant cette soudaine agression. Sur ce faite, ils étaient nombreux a l’aidé  pour rejoindre le hall de son immeuble  pour lui prodiguer les premiers secours, avant  l’arrivée de l’ambulance. Après avoir commis son crime, l’aliéné mental a tout de suite pris la fuite vers le centre ville, sans que personnes n’eut pu l’arrêté. Après avoir été transporté vers les urgences médicales,  par les éléments de la protection civile, la victime aura succombé à ces blessures après cinq jours en service de soins intensifs. Pendant que l’agresseur, un malade mental, se balade toujours dans les rues d’Oran, traversant chaque jour le lieu  de son méfait.  L’on saura par la suite que l’aliéné,  malade mental de son état, a été aperçu par des témoins de l’agression. Ce dernier a fait savoir que « le fou » est toujours aussi agressif et agité dans les rues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + 17 =