La tribune : Repentance et devoir de mémoire

Repentance et devoir de mémoire. Le roi des Pays-Bas Willem-Alexander a présenté samedi ses excuses officielles pour l’implication de son pays et de sa dynastie dans l’esclavage, se déclarant « personnellement et extrêmement » touché. « Aujourd’hui, je me tiens devant vous en tant que roi et membre du gouvernement. Aujourd’hui, je vous présente mes excuses personnellement », a déclaré Willem-Alexander sous les acclamations lors d’un événement marquant les 150 ans de l’affranchissement des esclaves dans les anciennes colonies néerlandaises, à l’Oosterpark d’Amsterdam.
L’esclavage a contribué à financer le « siècle d’or » néerlandais, période de prospérité grâce au commerce maritime aux XVIe siècle et XVIIe siècle. Le pays a procédé à la traite d’environ 600.000 Africains, principalement vers l’Amérique du Sud et les Caraïbes.
En réponse, « Il a assumé ses responsabilités, alors je lui pardonne », a déclaré Arnolda Vaal, 50 ans, vêtue de l’habit traditionnel des esclaves.
Ces lourdes déclarations, ont été faites sous les acclamations et aussi lourdes soient les propos tenus et les excuses solennelles qui ont été faites par le roi des Pays-Bas, elles ont permis d’apaiser les esprits et tirer un trait sur le passé sans pour autant l’oublier.
Contrairement à la France coloniale qui a commis les pires crimes contre l’humanité à l’encontre du peuple algérien, non seulement elle n’ose pas reconnaitre ses crimes mais en plus, elle ne cesse de se placer en victime en rendant plutôt coupable le peuple algérien d’exiger la reconnaissance des crimes barbares commis de la Dahra aux plus lointaines contrées de Reggan, dont les traces des essais nucléaires font jusqu’au jour d’aujourd’hui de plus en plus de victimes.
Conclusion, cette France coloniale qui n’a fait que subir des échecs dans touts les guerres qu’elle a menées, restera à jamais qu’une petit Nation qui ne pourra mesurer ni comprendre les actes de courage comme celui donné en exemple ce samedi dernier le Roi de Pays-Bas. Nos martyrs n’ont pas pardonné et leurs descendants eux aussi ne le feront pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 5 =