La stabilité dont jouit l’Algérie est source de fierté et la Proclamation du 1er Novembre toujours de mise

 Le président du Conseil de la Nation, Salah Goudjil a affirmé, jeudi à Alger, que « la stabilité dont jouit l’Algérie, aujourd’hui, est source de fierté » et que « la Proclamation du 1er Novembre 1954 est toujours de mise ».

Dans son allocution à l’issue du vote du texte de loi modifiant et complétant la loi 83-12, relative à la retraite, et du texte de loi modifiant la loi 63-278 fixant la liste des fêtes légales, M. Goudjil a indiqué que « la stabilité dont jouit, aujourd’hui l’Algérie est source de fierté pour tous », saluant le rôle de l’Armée nationale populaire (ANP), digne héritière de l’Armée de libération nationale (ALN), dans « la protection du pays et la préservation de sa stabilité », la qualifiant de « véritable fierté pour l’Algérie qui a une telle armée ».

Il a affirmé, en outre, que l’étape « franchie par l’Algérie ces trois dernières années et demi, est historique », ajoutant dans, ce contexte, que les engagements du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, « qui ont été concrétisés sur le terrain, sont imprégnés de la Proclamation du 1er Novembre 1954 ». Il a rappelé, à ce propos, que le référendum sur la Constitution de 2020 avait eu lieu, lui aussi, le 1er Novembre 2020.

« Les acquis réalisés par l’Algérie, ces dernières années, ont été remportés en toute liberté et souveraineté », a soutenu M. Goudjil soulignant que « notre pays n’a actuellement aucune dette extérieure et n’est dépendant d’aucune institution financière internationale », et c’est là, « la véritable indépendance préservée par le Président de la République ».

« Nous avons pris acte des réactions des représentants du colonialisme et du néocolonialisme », a-t-il affirmé, relevant que la Glorieuse Révolution algérienne avait lutté contre « l’occupation française, tout en faisant la distinction entre l’occupant français et le peuple français ».

« Mais certains n’avaient pas compris cela. Les résidus de l’ancien occupant sont toujours là, et sont arrivés jusqu’à s’en prendre à l’hymne national (Kassaman) », a déploré le président du Conseil de la nation.

« Notre histoire ne peut être écrite par d’autres, car c’est nous et nous seuls qui avons connu la colonisation et c’est à nous d’en consigner les faits », a souligné M. Goudjil, rappelant que l’occupation de l’Algérie ne ressemble à aucune autre forme d’occupation, car il s’agit en fait d' »une colonisation de peuplement et d’extermination de tout un peuple ».

« Le recouvrement de la souveraineté nationale n’était pas chose aisée et le mérite revient aux vaillants moudjahidine et chouhada ayant mené la Glorieuse Guerre, loin d’un quelconque leadership, avec pour seul leitmotiv: Par le peuple et Pour le peuple. C’est eux qui ont rédigé la Proclamation du 1e Novembre 1954 qui est toujours de mise », a mis en avant le président de la Chambre haute du Parlement.

Affirmant que « l’Algérie tend la main à tous les pays », M. Goudjil a rappelé qu’elle (l’Algérie) était l’un des fondateurs du Mouvement des Non-alignés depuis la Conférence de Bandung en 1955. « Notre pays ne compte pas changer de voie, ce qui l’habilite à assurer la médiation entre la Russie et l’Ukraine ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 − 18 =