La pièce de théâtre « Qahwat El Guelmi » présentée à Alger

La pièce de théâtre « Qahwat El Guelmi », nouvelle production du Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi (TNA), sur la résistance contre la domination et l’obscurantisme, a été présentée vendredi soir à Alger, devant un public nombreux.

Produit dans le cadre le cadre du programme « Mois du théâtre » pour le soixantenaire du recouvrement de l’Indépendance, le spectacle d’une heure se base sur un récit historique d’un symbole de la résistance contre le colonialisme et contre l’obscurantisme des années 1990.

Mise en scène par Belgacem Amar Mohamed sur un texte puisé de  » Quand le soleil brille » de l’écrivain algérien Ismail Guimoukate, « Qahwet El Guelmi » met en scène l’histoire d’un maquisard et résistant contre l’intégrisme, Ali El Guelmi, un citoyen souffrant de troubles l’empêchant de se projeter dans l’avenir.

Servi par une pléiade de comédiens brillants dont Abdelhalim Zribi, dans le rôle de Ali, le chanteur Sadek Djemaoui, Nassima Chams et Djallal Draoui, le spectacle a pour décor principal un café populaire où Ali partage avec ses concitoyens les souffrances intériorisées qu’il a subies lors de l’occupation coloniale et les violences terroristes tragiques des années 1990.

Avec une approche narrative, les personnages se sont tenus à des dialogues horizontaux, avec une dramatisation de certains faits à travers des actes de violence suggérés ou subtilement représentés.

Le spectacle fait également allusion à l’apport de l’art à la révolution et la résistance contre l’obscurantisme à travers des chants révolutionnaires dont l’hymne national, entonné en off, et le rappel de certaines figures historiques à l’image de l’Emir Abdelkader et le moudjahid disparu, El Hadi Rajb, membre de la troupe artistique du FLN (Front de libération nationale).

La scénographie, œuvre de Hebbel Boukhari, est faite d’éléments de décor suggérant un café populaire, à travers des tables et chaises.

Optant pour un décor fonctionnel, le scénographe a choisi de concevoir une scène nue au début du spectacle pour laisser place ensuite à un décor de café, comme lieu populaire de rencontre, pour évoluer enfin en un musée, lieu de préservation de la mémoire historique collective.

Le décor suggère aussi un retour à la Numidie antique à travers des panneaux représentant des murs en pierre de taille.

La pièce « Qahwet El Guelmi » est programmée en représentation à travers plusieurs théâtres régionaux notamment ceux de Chlef, Djelfa et Biskra.

Seize pièces de théâtre, produites dans le cadre du programme « Mois du théâtre » pour la célébration du soixantenaire de l’indépendance, seront présentées jusqu’au 8 juillet au TNA et dans plusieurs théâtres régionaux.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 + 2 =