La comédie musicale « Haraz Andalouziria » présentée à Alger

« Haraz Andalouziria », une nouvelle comédie musicale revisitant une pièce classique du patrimoine à travers la musique, le théâtre et la danse, a été présenté vendredi soir à Alger.

Accueilli au Théâtre national Mahiédine-Bachtarzi (TNA), ce spectacle produit par l’Association culturelle « Ahl El fen » et réalisé par Chakir Bourahla, met en scène une histoire fantastique puisée du qcid d’El Harraz, chanté par de grands interprètes du chaabi à l’image d’El Hachemi Guerouabi ou Amar Ezzahi.

Sur scène, « Haraz Andalouziria » raconte l’histoire de « Laachik », jeune amoureux de Aouicha, sa bien-aimée, séquestrée par El Harraz, venu du Hidjaz, en laissant son amoureux noyé dans son chagrin. En désespoir de cause, Laachik multiplie des tentatives, sous des déguisements successifs, pour libérer et retrouver Aouicha, retenue contre son gré au palais, hautement surveillé.

Servi par une pléiade de comédiens, musiciens et danseurs, ce spectacle de 90 minutes commence par une introduction musicale d’El Harraz, reprise par un orchestre composé de jeunes musiciens de l’association, avant que Hani Bourahla, dans le rôle du conteur, Laachik, Aouicha et d’autres personnages, fassent leur entrée.

Avec des tableaux musicaux et passages de danse sur des rythmes alliant chaabi et andalou, l’histoire du jeune Laachik et le ravisseur de sa bien aimée, gagne en intensité avec des séquences ponctuées de représentation théâtrale, de danse et de musique.

Puisant dans le registre musical algérien, le spectacle a revisité de célèbres pièces du chaabi et de l’andalou notamment « Ah ya belaredj » et « Sal aala zine ».

La scénographie, signée Sarah Herhad, s’appuie sur un décor sobre et statique fait d’éléments suggérant un espace architectural inspiré des maisons de la Casbah d’Alger. En plus des costumes, portés par les comédiens, le conteur et les danseurs, l’espace « algérois » a été également illustré, en arrière-scène par des gestes et mouvements des habitants de la cité, associés à cette histoire.

Produit par l’association « Ahl El Fen », sous la direction artistique de Nesrine Bourahla, en collaboration avec la Direction de la jeunesse et des sports de la wilaya d’Alger, « Haraz Andalouziria », est la première expérience de cette association, créée en 2016.

APS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + seize =