Infiltration d’une délégation sioniste au sommet de l’UA: une enquête en cours

Le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Mahamat Moussa Faki, a annoncé l’ouverture d’une enquête sur l’infiltration d’une délégation de l’entité sioniste au 36e sommet de l’organisation, tenu samedi et dimanche à Addis Abeba, et réaffirmé n’avoir invité aucun officiel sioniste à cette Conférence de chefs d’Etat et de gouvernement africains.

« Nous avons constaté qu’il y a eu une personnalité qui est entrée dans la salle (de la Conférence) avec un badge et naturellement nous lui avons demandé de quitter le lieu », a affirmé M. Faki lors des travaux du sommet de l’UA qui ont pris fin dimanche soir dans la capitale éthiopienne.

« Nous sommes en train de faire les investigations nécessaires parce que c’est une personnalité qui ne réside pas ici (Ethiopie) », a-t-il souligné précisant que « le président de la Commission de l’UA est la seule personne habilitée à inviter les participants » au sommet de l’UA.

« Nous n’avons invité aucun officiel (de l’entité sioniste) et naturellement nous ferons des investigations pour situer les responsabilités » sur cet incident », a-t-il insisté.

Par ailleurs, Moussa Faki a tenu à rappeler que la question du statut de l’entité sioniste au sein de l’UA « est suspendue à la décision souveraine du comité de chefs d’Etat qui a été mise en place par la Conférence de chefs d’Etat » l’année dernière.

Dimanche la porte-parole de M. Faki, Ebba Kalondo, avait déjà précisé dans un tweet que l’UA « n’a ni autorisé ni invité l’individu en question, qui a été dument expulsé, à assister à l’ouverture de notre sommet ».

A rappeler que le président de la Commission de l’UA avait pris une décision unilatérale en juillet 2021 concernant l’octroi à l’entité sioniste du statut d’observateur au sein de l’UA, décision qui s’est heurtée à une forte opposition au sein de l’organisation continentale, notamment par des pays qui soutiennent le droit constant du peuple palestinien à la liberté et à l’indépendance.

Lors des travaux de la précédente session ordinaire du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA, la décision de suspendre l’octroi du statut d’observateur à l’entité sioniste a été adoptée à l’unanimité, avec la formation d’un comité de sept chefs d’Etat, dont l’Algérie, pour soumettre une recommandation au sommet de l’Union sur cette question.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 − 11 =