HYDROCARBURES: Signature d’un mémorandum d’entente entre Sonatrach et Equinor

La compagnie nationale pétrolière et gazière Sonatrach et son partenaire norvégien Equinor ont signé un mémorandum d’entente afin d’examiner les opportunités de coopération dans les domaines d’exploration et de production d’hydrocarbures en Algérie et à l’International, la protection de l’environnement, les nouvelles technologies et la performance opérationnelle, a indiqué ce lundi 17 mai 2021 Sonatrach, dans un communiqué publié sur sa page Facebook.

« La signature de ce protocole vise à renforcer le partenariat existant entre Sonatrach et Equinor, à travers la recherche de nouvelles opportunités de coopération dans l’amont sur des projets existants et/ou nouveaux, ainsi que sur d’autres domaines, telles que la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la gestion du carbone, la gestion de la sécurité industrielle, l’implémentation de technologies pour l’amélioration de la récupération des hydrocarbures, et le développement de modèle de conduite des opérations pétrolières performant », a précisé le groupe pétrolier.

La société Equinor est présente en Algérie depuis 2004. Elle est partenaire avec Sonatrach et BP sur les gisements en exploitation d’In Salah et d’In Amenas, et est partenaire de Sonatrach sur le périmètre d’exploration de Timissit.

PETROLE: Le Brent à 68,88 dollars à Londres

Les prix du pétrole avançaient timidement lundi, la hausse restant limitée par la situation sanitaire en Inde qui fait craindre pour la demande du pays en or noir.

Ce lundi matin, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 68,88 dollars à Londres, en hausse de 0,25% par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril de WTI pour le mois de juin gagnait 0,32%, à 65,58 dollars.

Les analystes expliquent cette légère baisse par la demande indienne qui reste faible alors que le coronavirus fait des ravages et qu’une tempête frappe la côte Ouest du sous-continent.

Le pays a recensé lundi 4.100 décès et près de 280.000 nouveaux cas de Covid au cours des dernières 24 heures, portant à près de 25 millions le total des contaminations depuis le début de la pandémie.

Et les efforts déployés pour lutter contre cette deuxième vague de la pandémie sont fragilisés par l’approche du cyclone Tauktae. A un pic en 2019, avant un reflux en 2020 sous l’effet de la pandémie, l’Inde consommait plus de 5 millions de barils par jour, ce qui la plaçait au troisième rang derrière les Etats-Unis et la Chine, d’après les chiffres du groupe pétrolier britannique BP.

Ailleurs en Asie, les autorités de Singapour ont imposé de nouvelles restrictions, dont la fermeture des écoles, face à une augmentation des cas.

Et à Taiwan, relativement épargné jusqu’à présent par la pandémie, les écoles seront fermées à Taipei à partir de mardi, des signaux peu favorables à une reprise de la demande de brut dans cette partie du monde. Cependant, l’optimisme économique croissant aux Etats-Unis maintient les prix à un niveau élevé. Les investisseurs tablent notamment sur la saison des grands déplacements automobiles aux Etats-Unis à partir du week-end férié du Memorial Day, le 31 mai.

Par ailleurs l’opérateur de l’oléoduc américain Colonial Pipeline, paralysé par une cyberattaque le week-end dernier, a annoncé samedi un retour à la normale de ses opérations.

Cette perturbation avait soutenu les prix en début de semaine dernière, un effet qui s’était dissipé en fin de semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize + un =