FORMATION PROFESSIONNELLE: Messaoud Djari donne le coup d’envoi de la rentrée à Oran

Le wali d’Oran donnera le coup d’envoi de la première session de la rentrée de la formation professionnelle dès aujourd’hui à Oran. Une session qui compte plus de 15 000 stagiaires, dont les  deux tiers des effectifs de la wilaya sont en mode d’apprentissage. Un mode très favorable à l’insertion des jeunes dans le monde du travail, a précisé le responsable du secteur, Abdelkader Belbakouche. Le secteur de la formation et de l’enseignement professionnels de la wilaya d’Oran œuvre, par le biais du mode de formation par apprentissage, à se rapprocher davantage des entreprises dans le but d’une meilleure formation et davantage d’opportunités de travail pour les apprentis. En effet, le secteur accorde une importance particulière à l’apprentissage en tant que meilleur moyen pour faciliter l’intégration dans le monde du travail en vue d’augmenter progressivement le nombre des inscrits en ce mode de formation. « Ce mode de formation se fait en alternance entre l’établissement de formation et l’entreprise. Plus de 80% de la période d’apprentissage se fait au niveau de l’entreprise », a-t-il précisé.  Dans ce sens, beaucoup d’efforts sont fournis pour développer davantage la relation entre le secteur de la formation et le monde économique en vue d’augmenter le nombre d’apprentis au sein des entreprises. « Ce mode de formation est peu coûteux pour l’Etat par rapport à d’autres modes. Les jeunes apprentis se forment avec les moyens et les équipements de l’entreprise et reçoivent une formation réelle durant toute cette durée à l’aide d’un maître d’apprentissage, un professionnel expérimenté qui les prend en charge », a rappelé le même responsable. « De ce fait, l’apprenti aura beaucoup plus de chance de décrocher un emploi au sein de l’entreprise qu’un autre demandeur, car il a acquis l’expérience et s’est formé au sein de cette même entreprise », ajoute-t-il, soulignant qu’ »un grand nombre de ces jeunes décrochent à Oran un emploi dans les entreprises où ils ont effectué leur formation ».

Former selon les besoins des entreprises

Pour les secteurs d’activités les plus réceptifs des apprentis, le responsable du secteur a précisé que tous les secteurs d’activités le sont. Et conformément aux orientations du ministère de tutelle, « nous essayons d’orienter davantage les stagiaires vers certaines filières comme le bâtiment, l’hydraulique, les travaux publics, le tourisme, l’agriculture, l’environnement et les TIC ». Concernant le domaine sanitaire et préventif, la tutelle  a pris les mesures préventives nécessaires, à la veille de cette rentrée, notamment le nettoyage et la désinfection de l’ensemble des équipements et des structures pédagogiques pour protéger les stagiaires et le personnel du secteur (formateurs et fonctionnaires) contre cette pandémie, précise la même source. Le ministère a prévu plusieurs mesures de sensibilisation et d’orientation pour informer les stagiaires de l’impératif de respecter les mesures préventives. Il a également instruit les responsables des directions de wilayas et des établissements de formation de créer une commission de suivi d’application du protocole sanitaire. Cette commission est chargée de «coordonner avec les collectivités locales, les services de santé et le mouvement associatif» en vue de veiller à la désinfection des structures de formation et des équipements relevant du secteur.

Hadj Hamdouche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 + 5 =