Douanes: la mise en œuvre du nouveau système d’information avance bien

La mise en œuvre du projet du nouveau système d’information des Douanes, qui permettra de faciliter les opérations de dédouanement, de renforcer la transparence et de développer les moyens de lutte contre la fraude et la contrebande, avance bien et devrait être lancé officiellement le 5 juillet prochain, a indiqué lundi un responsable de l’Administration centrale des Douanes.

Invité du Forum de la Radio algérienne, le directeur du contentieux et de l’encadrement des recettes des Douanes à la Direction générale des Douanes, le contrôleur Mihafdi Reda, a précisé que les évolutions en cours et la dynamique économique et commerciale avaient incité l’Administration des Douanes à mettre en place un nouveau projet de numérisation en coopération avec le partenaire coréen, en vue d’améliorer le service public, d’économiser du temps et de réduire les coûts, ce qui, a-t-il dit, profitera aux citoyens et aux consommateurs et confèrera davantage de transparence au contrôle des opérations de commerce extérieur et plus d’efficacité à la lutte contre la criminalité, notamment en ce qui concerne la surfacturation et le détournement d’argent.

Initié en 2019, le projet avait été entravé à cause de la pandémie de Covid-19, mais « dès la levée des restrictions liées à la pandémie, sa mise en œuvre s’est accélérée et aujourd’hui il avance bien », a-t-il rappelé.

Le projet est passé par trois phases principales, dont la première a été le développement de l’infrastructure du réseau de communication en reliant tous les services douaniers, à travers le territoire national, au réseau de communication par fibre optique, a-t-il expliqué.

La deuxième phase a consisté en la réalisation d’un centre de données qui accueillera les logiciels qui seront développés, a-t-il ajouté.

La troisième phase est justement celle du développement des logiciels selon les normes internationales et conformément aux directives de l’Organisation mondiale des douanes, toujours selon les explications du responsable.

Il s’agit de « la réingénierie et de l’adaptation des procédures douanières, l’analyse et la modélisation, et enfin la conception des logiciels eux-mêmes », a-t-il précisé ajoutant que « six unités principales du logiciel ont été développées concernant la gestion des risques, la surveillance des opérations de fret et de dédouanement électronique des marchandises, la franchise électronique des droits et des taxes et la gestion des caisses douanières et des portails électroniques internes et externes pour l’utilisation du nouveau système et du système de surveillance et de contrôle du nouveau système, outre une septième rubrique concernant le contrôle des voyageurs, qui sera mise en place à partir de juillet 2023.

A ce propos, il a rappelé le lancement officiel des essais pour les unités principales sous la supervision du Premier ministre le 26 janvier dernier, ajoutant que la mise en œuvre de ce système avait été entamée au niveau de ses six (06) unités principales au niveau des bureaux pilotes, à savoir le bureau des douanes d’Alger-Port commerce, le bureau des douanes de l’aéroport d’Alger fret à l’aéroport Houari Boumediene, le centre d’Oum Teboul et le centre d’El Aayoun aux frontières Est ».

Selon M. Mouhafdi, l’application  Aéroport d’Alger-Voyageurs, sera lancée en juillet prochain, suivie d’une généralisation progressive du système à tous les bureaux des douanes, ajoutant que « le programme tracé prévoit la généralisation du système à tous les bureaux en juillet prochain ». « Nous espérons, a-t-il dit, que le nouveau système sera lancé officiellement le 5 juillet 2023 ».

De son côté, le sous-directeur des procédures et des facilitations douanières, Mourad Mazouz, a indiqué que les services des Douanes travaillent au niveau des différentes entrées pour mettre en œuvre toutes les facilitations accordées dans le cadre de la facilitation de la dynamique commerciale et de l’approvisionnement du marché intérieur, outre l’exportation des produits algériens.

A cet égard, M. Mihafdi a affirmé que, conformément aux directives des pouvoirs publics, la Direction des douanes offre de « grandes » facilitations afin d’encourager les exportations hors hydrocarbures et d’accompagner les opérateurs économiques.

Concernant la révision du code des douanes, il a expliqué qu’elle a été entamée depuis plusieurs mois, par un groupe de travail au niveau des douanes, dans le but d’actualiser et de renforcer les prérogatives des douanes comme l’exigent les mutations économiques mondiales, de renforcer les mesures de facilitation et de promouvoir les exportations hors hydrocarbures, tout en œuvrant à l’adaptation au nouveau système informatique avec la mise en place d’un cadre juridique de la numérisation.

Il a en outre ajouté que ce système permettra « à la Direction des douanes d’accomplir son rôle d’assistance aux pouvoirs publics dans la prise de décision en fournissant l’information précise ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 + un =