DES TRAVAILLEURS ET RESPONABLES DE LA DHA DANS LE COLLIMATEUR: Le wali d’Oran ordonne l’ouverture d’une enquête judiciaire

Officiellement, le wali d’Oran vient d’exigé l’ouverture d’une enquête judiciaire concerne la gestion du dossier de l’hygiène à la commune d’Oran. En effet, plus de 1 000 travailleurs dont les postes n’ont aucune impacte sociale et économique pour la collectivité, engrange un salaire, à annoncé le wali lors du dernier conseil de l’exécutif de la wilaya. Il s’agit bel et bien d’un délit d’abus de biens sociaux, estime le wali. Les rémunérations versées n’ayant manifestement aucun intérêt social par l’employeur, ainsi que  l’employé fictif qui est,  par voie de conséquent,  receleur du délit. Les services ont été saisis pour mener une enquête approfondie sur ce dossier qui pénalise les caisses et l’environnement directe de la ville d’Oran. Depuis son arrivée, le chef de l’exécutif ne conçoit pas qu’en termes de propreté, la ville d’Oran reste l’otage de dysfonctionnements du système de collecte des déchets ménagers, alors qu’il est mis en place avec une multitude d’intervenants. La traditionnelle DHA (division hygiène et assainissement) d’un côté, l’EPIC «Oran Propreté» de l’autre, mais à cela il faut ajouter les concessionnaires privés, sauf qu’Oran perdure dans les amoncellements et tas d’ordure qui jonchent les rues.  Il est évident qu’Oran est otage d’un cercle vicieux, qui profite à ces protagonistes, voire un cartel des ordures ménagères à Oran.  sur ce faite,, le wali n’as pas été du dos de la cuillère pour pointé du doigt les élus d’Oran (APW-APC) sans distinctio. Il conviendra de rappeler que depuis 2008 il existe 131 concessionnaires contractuels avec la commune d’Oran, alors que les diverses dettes antérieures à 2019, dont les reliquats de 2016 ou 2018, s’élèvent à 182 375 586,95 DA. Pour la seule année de 2020, elles sont de l’ordre de 391 836 587,51 DA.  Les dettes cumulées seraient de l’ordre de 500 millions de DA mais l’APC d’Oran a décidé, il n’y a pas longtemps, de créer une commission qui devait se pencher sur sa situation financière pour vérifier autant les montants de ses dettes que de ses créances. Quoiqu’il en soit, même les mouvements de protestation des employés de la DHA n’ont pas cessé pour autant comme le montre ce sit-in organisé l’été dernier pour exiger le payement des arriérés de salaires et le versement des primes promises. Globalement, plus d’une centaine de bennes- tasseuses ont ainsi été acquises pour contribuer à la propreté de la wilaya. Graduellement, ces collecteurs privés ont commencé à prendre de plus en plus de place dans le groupement urbain d’Oran, sauf qu’un grand nombre de chauffeur transbordera vers les bennes tasseuses du privé, tout en conservant leur salaire au frais de la commune, entre autres gruge.

Hadj H

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + 16 =