Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés appellent à l’adoption de mesures pour éviter les retombées des crises mondiales

Les membres de l’Assemblée populaire nationale (APN) ont appelé, jeudi, à l’adoption de mesures permettant d’éviter les retombées des crises mondiales et de s’en sortir avec moins de dommage.

Lors d’une séance plénière consacrée à l’examen de la Déclaration de politique générale du Gouvernement, présidée par M. Brahim Boughali, président de l’APN, en présence du Premier ministre, M. Aïmene Benabderrahmane, et des membres du Gouvernement, la député Fatma Bida (Indépendants) a salué « les acquis réalisés par le Gouvernement lors de l’année écoulée », avant de critiquer ce qu’elle a qualifié de « crises qu’ont connue certains secteurs, lesquels ont eu certaines répercussions directes sur le citoyen en raison de l’absence des mécanismes de contrôle, ce qui a touché à l’équilibre sociale en dépit du souci du président de la République à améliorer la vie du citoyen ».

Après avoir appelé à la mise en place d' »un plan permettant d’éviter les retombées des crises mondiales sur le citoyen de manière directe et de s’en sortir avec le moins de dégâts possibles », la député a suggéré « l’activation de la numérisation afin d’accélérer la croissance, assécher les sources de la corruption et activer le contrôle dans certains secteurs ».

Dans le même contexte, le député du mouvement Al-Bina, Abdelkader Djicharki, a évoqué « les lacunes que connaît le secteur de la santé dans certaines wilayas, dont le manque d’équipements et de médecins spécialistes dans les hôpitaux, obligeant, ainsi, les citoyens de se déplacer pour recevoir leurs soins », appelant à « envoyer des commissions d’inspection pour s’enquérir de la gestion des établissements de santé ».

De son côté, le député du Rassemblement national démocratique (RND), Salim Tebboub, a souligné « l’importance de la conjugaison des efforts entre les pouvoirs législatif et exécutif pour atteindre l’objectif ultime,  à savoir, servir la nation et les citoyens », appelant à « faciliter les missions des députés pour transmettre régulièrement les préoccupations des citoyens sans attendre les séances consacrées aux questions orales ».

Pour sa part, le député du parti El-Fadjr Al-Jadid, Abderrahmane Kadi, a plaidé pour « une révision de la politique de subvention sociale pour l’orienter aux plus méritants », mettant en avant, par ailleurs, la nécessité « d’associer tous les acteurs du secteur éducatif à l’élaboration de programmes de réformes éducatives ».

Sur le plan, économique, le député Kada Benchiha Mohamed Kamel (El Ahrar) a souligné  » l’importance d’ouvrir la voie aux importateurs en vue de soutenir le marché avec des produits de large consommation, de manière qui contribuera à réduire les prix et à soutenir la pouvoir d’achat du citoyen ».

D’autre part, Le député du Front de libération nationale (FLN), Benyoucef Salah, a valorisé  » les réformes incluses dans le soutien et le développement de la production nationale, soulignant notamment le rôle du secteur de l’industrie automobile dans le développement de l’économie nationale et l’augmentation du PIB », appelant à « résoudre le problème des prix élevés des voitures face à une offre faible ».

De son côté, le député du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Boubeker Boutiche a appelé à  » fournir les capacités nécessaires pour lutter contre les feux de forêts et protéger la richesse forestière », soulignant dans le même contexte la nécessité « de créer des centres d’élevage d’oiseaux dans le but de protéger la richesse animale ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 + cinq =